Laurent Louis appelle ses électeurs à la rescousse

©BELGA

Le parquet réclame la levée de l'immunité parlementaire du député, pour des faits liés aux photos du dossier Dutroux. Pour Laurent Louis qui dénonce la "Justice manipulée", "c'est le député du peuple qu'on assassine".

Jeudi, le CD&V Gérald Kindermans prendra la présidence de la commission des poursuites du Parlement fédéral en lieu et place de Stefaan De Clerck parti présider Belgacom. Lors de cette séance un premier dossier arrivera sur la table, celui de Laurent Louis. Le parquet général a en effet réclamé la levée d’immunité de M. Louis, pour des faits en relation avec les photos du dossier Dutroux. Des perquisitions notamment à son domicile avaient eu lieu l’année dernière à ce sujet et l’ex membre du PP avait été inculpé de diffamation et de recel en juin 2012.

A ce stade de la procédure, le parquet général réclame la levée de son immunité. Le dossier judiciaire du député, qui est passé un court temps chez Islam, n’étant pas encore parvenu à tous les parlementaires, il y a de fortes chances que ceux ci doivent choisir de repousser le vote sur la levée d’immunité.

"Mes chers amis, la Justice manipulée par le monde politique, a décidé de me réduire au silence", écrit-il à ses électeurs. "En cas de levée de mon immunité parlementaire, je serais réduit au silence ne pouvant plus dénoncer ou critiquer qui ou quoi que ce soit sous peine de poursuites en justice pour diffamation. Je ne peux considérer cette manœuvre judiciaire que comme une manœuvre politiquement téléguidée... Plus que jamais, j’ai besoin de votre soutien. C’est maintenant qu’il faut me soutenir massivement et visiblement."

Si un élu n’a plus le droit de dénoncer des dysfonctionnements judiciaires qui impliquent des politiciens, que peut-il faire ? Aujourd’hui, on tente de me condamner en justice et de me réduire politiquement au silence en me poursuivant pour recel du dossier Dutroux, un dossier qui a été jugé publiquement et dont les pièces ont largement été diffusées dans les médias.

Je ne me fait guère d’illusions: mon immunité sera levée sauf si vous parvenez à faire pression sur les médias et les députés fédéraux", assure-t-il. En me faisant taire, c’est la liberté d’expression et la fonction de député du peuple qu’on assassine !"

 

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés