Le Belge plus économe

©© Roy Botterell/CORBIS

Les Belges " épargnés " par la crise sont néanmoins devenus plus vigilants dans leurs dépenses, plus économes. Cela se manifeste de diverses manières. On assiste notamment à une prise de conscience, par le Belge, de ses revenus et dépenses mensuels.

Les Belges qui ont perdu leur travail et qui ont dû se satisfaire de revenus de substitution ont durement ressenti la crise. Cela dit, seule une proportion limitée de la population a été touchée. Pour la plupart de nos compatriotes, la crise a eu peu voir pas du tout d’impact. Pour autant, le Belge " épargné " a tout de même ajusté le tir. Il est devenu plus vigilant dans ses dépenses, plus économe. Et cela s’est manifesté de diverses manières. 

Voici les résultats de la cinquième édition de l’enquête annuelle ‘Le Belge & son Argent’ de  l’Écho et Mon Argent conduite par le bureauu d’étude Insites Consulting. Vous découvrirez les résultats complets dans l'édition de "Mon Argent" jointe à "L'Echo" de ce week-end.

Le premier signal intervient au niveau de la prise de conscience, par le Belge, de ses revenus et dépenses mensuels. Neuf sur dix ont désormais une idée plus précise de ce qui leur reste en fin de mois. L’amélioration est notable, dans la mesure où l’an dernier, 20% n’en avaient encore aucune idée (25% en 2007). La prise de conscience s’est donc renforcée. Le nombre de Belges n’ayant aucune idée sur ce qui leur reste en fin de mois a presque diminué de moitié (de 20 à 11%). Cela dit, connaître ce montant est une chose, mais avoir effectivement cette somme en fin de mois sur son compte en est une autre. Un Belge sur cinq n’a en effet plus un centime en poche ou est carrément incapable de boucler le mois.

Epargner

Le Belge reconnaît ne plus pouvoir épargner autant, voire même être en déficit : plus de la moitié des personnes interrogées (58%) ont noté une diminution de leur capacité d’épargne au cours des 12 derniers mois, contre 37% qui pensent être toujours capables d’épargner autant. À première vue, ces chiffres ne sont pas encourageants. Pourtant, les Belges sont nettement plus optimistes qu’au début de la crise. Années après années, ils sont de plus en plus nombreux à être convaincus que leur capacité d’épargne reste stable. Il y a deux ans, ils étaient 25% contre 32% l’année passée.

La prudence du Belge s’affirme clairement dans son attitude vis-à-vis du crédit. Laisser son compte bancaire tomber dans le rouge est une option qui n’est pas envisageable pour plus de la moitié d’entre nous (54%). Néanmoins, ceux qui osent laisser filer leur compte sous zéro ne le font que rarement : seuls 4% des Belges confessent tomber plusieurs fois dans le rouge en cours de mois, contre 9% une seule fois par mois.

Poire pour la soif

En matière de crédits hypothécaires, le Belge fait également preuve de prudence: il rembourse plus rapidement son emprunt. Si en 2007, l’emprunt moyen avait encore une durée de 22,60 ans, celle-ci est depuis lors revenue à un peu moins de 20 ans.

L’argent disponible en fin de mois est affecté en priorité à l’épargne. La crise en effet sensibilité les Belges à l’importance de détenir une " poire pour la soif ". Les ménages mettent de l’argent de côté pour parer à d’éventuels frais liés à la voiture, au remplacement du frigo, … Alors qu’en 2007, 15% des Belges ne se souciaient gère de ces dépenses imprévues, aujourd’hui, ils ne sont plus que 6%.

Évidemment, quand on perd son emploi et qu’on est contraint de vivre d’une allocation de chômage, cette poire pour la soif ne suffit pas. Même si le Belge craint moins d’être au chômage, il envisage tout de même le scénario-catastrophe : le pourcentage de Belges qui ne savent pas combien de temps ils pourraient vivre de leur épargne est retombé de 21 à 15%. Pour autant, le Belge n’est pas financièrement à l’abri. Le matelas de sécurité qui équivaut à six mois de salaire (c'est ce que les spécialistes recommandent généralement) est effectivement constitué par 39% des Belges. Le Belge moyen ne dispose que de 5 mois en réserve.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés