"Le budget insensible au manque de contrôle interne des services publics"

Olivier Chastel a reconnu que les patrons des services publics n'appréciaient guère la supervision. Questionné sur le dysfonctionnement du Comité d'audit, le ministre du Budget a toutefois assuré que cela n'avait aucun impact visible sur la confection budgétaire.

Le CD&V s'est inquiété de l’efficacité du contrôle interne de l’administration fédérale mercredi en Commission des Finances de la Chambre. Le député Carl Devlies a ainsi questionné le ministre du Budget sur les récentes accusations à l’encontre du Comité d’audit des services publics (SPF).

Pour mémoire, en abandonnant ses fonctions début janvier, le président de l’organe, Michel De Samblanx, a adressé un aveu d’échec de la supervision interne. Et pour cause, les responsables des SPF "étouffent sous leur propre autorité" les audits indépendants, affirmait De Samblanx dans sa lettre de démission. Sans compter l’indifférence du politique, poursuivait le président du Comité d’audit, Elio Di Rupo n’ayant jamais répondu à ses trois requêtes d’entretien.

Carl Devlies tenait à vérifier auprès du ministre ces incriminations mais aussi prendre connaissance d’éventuelles sanctions ou incidences négatives sur la confection du budget.

Olivier Chastel, ministre du Budget (MR), a reconnu la réticence des patrons des services publics "par rapport à certains éléments de l'audit interne, comme les exigences de fonction et les frais y afférents".

En ce qui concerne les éventuelles sanctions, Olivier Chastel a naturellement renvoyé la décision aux ministres compétents.

Quant à l’impact budgétaire du dysfonctionnement du Comité d’audit, le ministre du Budget a assuré que cela n’avait pas eu "d’influence démontrable au cours des dernières années". À tel point que le ministre juge inutile de modifier le système d’audit en créant de coûteuses structures.

Carl Devlies a conclu que le contrôle de l’administration fédérale n’était pas une priorité du gouvernement et qu’il convenait de suivre attentivement l'évolution.

 

Des suggestions, questions ou remarques?
N'hésitez pas à contacter l'auteur par mail francois.remy@lecho.be 
et suivez-le sur les réseaux sociaux via @francois_remy

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés