Le déficit budgétaire fond comme neige au soleil

La ministre du Budget, Sophie Wilmès (MR). ©BELGA

Les négociations budgétaires du mois prochain s’annoncent sereines.

Alors que la crise politique fait rage en Wallonie et à Bruxelles, le gouvernement fédéral avait hier de bonnes nouvelles à annoncer. À la demande du gouvernement Michel, le Comité de monitoring – soit les hauts fonctionnaires qui suivent le budget – est venu faire le point sur les finances publiques. Et les nouvelles semblent excellentes. Le budget de cette année est conforme aux prévisions, ce qui, pour la ministre du Budget Sophie Wilmès (MR), rendra le contrôle budgétaire inutile.

Et pour maintenir le budget de l’an prochain dans les clous, les efforts à fournir seront beaucoup moins importants qu’attendu. Le rapport définitif suivra le 5 juillet, mais les calculs provisoires du Comité de monitoring indiquent d’ores et déjà que le déficit prévu pour l’an prochain sera inférieur à 1% du PIB (-0,93%), soit près de 4 milliards d’euros. Au début de la législature, il se montait encore à plus de 12 milliards d’euros.

<1%
Le déficit prévu pour l’an prochain sera inférieur à 1% du PIB.

Pour honorer ses engagements budgétaires envers l’Europe, la Belgique devra économiser près de 3 milliards d’euros l’an prochain. Ce chiffre contraste nettement avec les prévisions de la Banque nationale et du Bureau du plan, qui estiment que les efforts devront porter sur 8 milliards d’euros pour retrouver un équilibre budgétaire structurel.

Mais les deux institutions utilisent des modèles macroéconomiques, tandis que le Comité de monitoring réalise des estimations détaillées sur la base des données du gouvernement et des recettes fiscales. En outre, l’institution est souvent plus optimiste. Mais ce sont les chiffres du Comité qui comptent, car ils servent de base à la préparation du budget.

Les raisons qui expliquent cet optimisme sont à trouver du côté des recettes fiscales, plus importantes qu’attendu. Étant donné que les entreprises ont engrangé des bénéfices confortables, elles paient plus d’impôts et elles distribuent également des dividendes plus généreux, ce qui augmente les revenus du précompte mobilier.

Pour le Premier ministre Charles Michel, ce rapport est une bonne nouvelle, car il évitera au gouvernement de devoir prendre des mesures douloureuses le mois prochain. Les élections – prévues pour 2019 – se rapprochent. "Le Premier ministre pourra reprendre à son actif la réduction du déficit budgétaire, qui est passé de 12 à 4 milliards d’euros", peut-on entendre dans les cercles gouvernementaux.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés