mon argent

"Le gouvernement s'est écrasé devant les intérêts du secteur pétrolier"

Peter Vanvelthoven, député sp.a ©BELGA

Les prix du diesel et du mazout de chauffage augmentent ce mercredi. Le sp.a en profite pour dénoncer un accord entre le gouvernement fédéral et la Fédération pétrolière.

Le diesel et le mazout de chauffage seront plus chers mercredi, indique mardi le SPF Economie.

• Le prix maximum du litre de diesel sera de 1,194 euro soit 3,1 centimes de plus.
• 
Le prix maximum du litre de mazout de chauffage pour une commande de moins de 2.000 litres sera de 0,4971 euro soit 2,95 centimes de plus. Pour les commandes inférieures à 2.000 litres, le prix sera de 0,4709 euro soit 2,96 centimes de plus. Le prix du litre de mazout de chauffage à la pompe sera de 0,59 euros soit une hausse de 3 centimes.

Ces changements sont la conséquence des fluctuations des cotations des produits pétroliers sur les marchés internationaux, précise le SPF.

Des accords qui coûtent cher aux citoyens

40 millions €
Les familles, les isolés et les indépendants paient chaque année 40 millions d'euros de trop pour leur carburant et mazout de chauffage, a dénoncé mardi le député socialiste Peter Vanvelthoven.

Les marges maximales pour la distribution de l'essence et du diesel ainsi que du mazout de chauffage sont revus tous les six mois en fonction d'une formule complexe tenant compte des coûts salariaux dans le secteur, de l'indice des prix de la production industrielle, du prix de vente des carburants et d'un taux d'intérêt.

Selon le député Peter Vanvelthoven (sp.a), les marges de distributions et les prix à la pompe auraient dû baisser lors de la dernière révision, en avril.

"Le gouvernement a conclu en toute discrétion un accord avec le secteur qui fait que les marges ont été gelées. De ce fait, les familles, les isolés et les indépendants paient chaque année 40 millions d'euros de trop", a ajouté le député.

Compenser la taxe kilométrique

Cet accord aurait dû, selon lui, compenser les coûts supplémentaires engendrés pour le secteur par l'introduction de la redevance kilométrique"Ce coût annuel est de moins de dix millions d'euros sur une base annuelle. Je ne peux que conclure que le gouvernement s'est écrasé devant les intérêts du secteur et a de ce fait perdu de vue l'impact de ses choix pour le budget des familles", a poursuivi M. Vanvelthoven.

"Le gouvernement s'est écrasé devant les intérêts du secteur."
Peter Vanvelthoven
Député sp.a

Cet accord avait été conclu du coté gouvernemental par la ministre de l'Energie, Marie Christine Marghem (MR), et par son collègue de l'Emploi, de l'Economie et des Consommateurs, Kris Peeters (CD&V) - qui a récemment annoncé le lancement d'une étude sur les causes de l'inflation en Belgique. "Cette étude devait aussi tenir compte des accords que le ministre a conclu avec certains secteurs", a conclu M. Vanvelthoven.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés