analyse

Le "hold-up" manqué du PS sur l'horeca

©Photo News

Ce Comité de concertation a donné lieu à des passes d'armes entre le ministre de la Santé et les autres poids lourds politiques du pays.

Huit heures se sont écoulées entre le début de ce comité de concertation et celui de la conférence de presse menée par le Premier ministre De Croo. À plusieurs sources, on décrit des débats parfois "très tendus" entre une ligne sanitaire stricte défendue par le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (Vooruit) et les autres poids lourds présents à la table, tous porteurs de demandes diverses. Si les mesures des 19 et 26 avril étaient largement acquises dès mardi, ce n'était pas le cas de la politique à définir pour l'horeca dont la réouverture totale avait été annoncée pour le 1er mai.

Frank Vandenbroucke tenait à ce que le taux d'occupation des soins intensifs serve de critère de base à la décision pendant que d'autres préféraient partir de l'évolution prévue de la vaccination. C'est cette dernière optique qu'il l'a finalement emporté, laissant le socialiste flamand marri.

Mais la nouveauté de la semaine, c'est que le PS fait soudainement de l'horeca un cheval de bataille. Paul Magnette, président, est à nouveau sorti mercredi pour réclamer le respect des engagements du 1er mai à l'égard du secteur. "C'est un véritable hold-up du PS sur l'horeca", pestait-on chez les libéraux. Mais le bourgmestre de Charleroi n'a pas eu gain de cause et c'est peut-être ce qui explique le mécontentement palpable dans l'attitude du ministre-président wallon Elio Di Rupo en conférence de presse. Insistant sur le malaise grandissant au sein de la société, le Montois a indiqué qu'il y avait encore "énormément de travail", en vue du prochain Comité de concertation. Voilà qui sonne comme un rendez-vous donné pour une deuxième manche.

"La proposition de départ, c'était le 10 mai. Dès que De Croo a dit le 8, Di Rupo a dit ok."
Un participant au Codeco

Autre analyse (socialiste): "Paul Magnette savait depuis le début de la semaine qu'il n'obtiendrait pas l'ouverture à l'intérieur. La demander publiquement, c'est un moyen d'obtenir le minimum, à savoir l'ouverture en extérieur". De fait, Frank Vandenbroucke n'était absolument pas chaud à l'idée de décider cette semaine d'une réouverture de l'horeca. À la sortie du Codeco, il était même furieux, indique-t-on à bonne source, après une négociation particulièrement dure avec Elio Di Rupo. "La proposition de départ, c'était le 10 mai, dès que De Croo a dit le 8, Di Rupo a dit ok", raconte un protagoniste.

MR et Écolo satisfaits

La longueur des débats a d'autant plus étonné dans les cercles gouvernementaux que l'idée de ne rouvrir les terrasses durant la première moitié du mois de mai avait déjà été mise sur la table par Alexander De Croo la semaine dernière. Certains l'affirment, après une rencontre avec les ministres-présidents. Les réticences du ministre de la Santé et une sortie remarquée du commissaire Pedro Facon plus tard, l'abcès n'était donc toujours pas crevé. Le résultat, c'est que, pour l'heure, le PS reste avec son 1er mai sur les bras. "Si on avait une chance de l'obtenir, Magnette l'a galvaudée," analyse une source libérale. Cette victoire-là, Alexander De Croo n'était pas prêt à lui donner, revient-il encore à L'Echo.

"On va dans la bonne direction, c'est un premier pas vers une stratégie de vie avec ou malgré le virus."
Au MR

Côté MR par contre, c'est la satisfaction. Ouverture des commerces et des métiers de contact, perspectives pour l'horeca, le tout assorti des tests réclamés par Georges-Louis Bouchez, "le package sent bon le MR", entend-on à la Toison d'or. "On va dans la bonne direction, c'est un premier pas vers une stratégie de vie avec ou malgré le virus".

Côté Écolo aussi, le satisfecit était de mise avec l'obtention de l'élargissement de la bulle de 1 à 2 et la mise en œuvre des projets-pilotes pour la culture, le sport et l'événementiel. Suite au prochain épisode.

Le résumé

  • La ligne sanitaire stricte de Frank Vandenbroucke n'a pas résisté à la pression exercée par le secteur de l'horeca.
  • Le PS espérait une ouverture pour le 1er mai, il n'a pas obtenu gain de cause.
  • Au MR par contre, on ne cachait pas sa satisfaction de voir les décisions s'inscrire dans une gestion moins radicale du risque sanitaire.
  • Écolo obtient une perspective positive pour la culture.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés