Le mazout du Flinterstar épargne toujours la côte belge

©Photo News

La mazout échappé de l'épave du Flinterstar n'avait pas encore atteint la côte belge vendredi matin, a indiqué la cellule de crise. Les travaux préparatoires ont entre-temps commencé en vue d'évacuer le mazout du cargo néerlandais.

Les pompiers de Blankenberge et le gouverneur de la province de Flandre occidentale, Carl Decaluwé, ont confirmé que le littoral n'était pas encore touché. Blankenberge se trouvait jeudi soir dans la trajectoire de la nappe d'huile. Le Flinterstar perd encore du carburant mais trois navires d'endiguement gardent la situation sous contrôle. Quelques gros caillots de pétrole sont par contre arrivés par endroits sur les côtes néerlandaises.

Les travaux préparatoires en vue de pomper le mazout ont entre-temps débuté. Deux navires sont partis jeudi soir en direction de l'épave qui se trouve encore au large de Zeebrugge.

La société Smit, spécialisée dans l'évacuation de ce type de déchets, se chargera de ces travaux qui peuvent durer plusieurs jours. Le pétrole doit d'abord être chauffé avant de pouvoir être pompé. Les coûts de ces manœuvres seront à charge de l'armateur Flinter.

Aucun contrat n'a encore été attribué pour le renflouage de l'épave. "Nous attendons jusqu'à ce que la compagnie renonce à son embarcation. Cela devrait être fait vendredi. On parlera alors de "abandoned ship". A ce moment, l'armateur se retire et les autorités interviennent pour le renflouage", a précisé M. Decaluwé.

Le gouverneur appelle les communes côtières à rester sur le qui-vive. Un avion de reconnaissance effectuera encore un vol plus tard dans la journée alors que le secrétaire d'État en charge de la Mer du Nord, Bart Tommelein (Open Vld), ira lui-même s'enquérir de la situation en mer.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés