Le ministre Bellot rappelle la SNCB et Infrabel à l'ordre sur la ponctualité

©BELGA

Le ministre de tutelle François Bellot (MR) s’étonne de la révision à la baisse des objectifs en matière de ponctualité par la SNCB et Infrabel. Il dénonce la massification des travaux décidée par Infrabel, le gestionnaire d’infrastructure.

Le sang du ministre des Transport François Bellot (MR) n'a fait qu'un tour quand il a lu l’information que nous livrions en primeur (L’Echo du 20 janvier) sur le projet concerté de la SNCB et d’Infrabel de revoir à la baisse les objectifs en matière de ponctualité.

Pour 2016, la ponctualité a atteint un niveau très bas (89,2% contre 90,9% en 2015) en raison d’après les deux entreprises, des attentats terroristes du 22 mars (avec les mesures de sécurité qui ont pénalisé le trafic), des grèves (mai, juin), de l’accident ferroviaire de Saint-Georges-sur-Meuse le 5 juin et de l’augmentation des phénomènes d’intrusion illégale sur les voies ferrées.

Selon les informations que nous relayons, la SNCB et Infrabel se sont concertés pour revoir les objectifs à l’avenir. L’entreprise de transport et le gestionnaire de l’infrastructure estiment qu’il serait irréaliste d’atteindre des objectifs de ponctualité de 91% en 2017 et 92% en 2019. Ils comptent proposer 89,5% en 2017, 90% en 2018 et 90,5% en 2019.

"Inadmissible"

"Le ministre s’étonne des informations relayées dans la presse à propos de la révision à la baisse des objectifs de ponctualité formulés par la SNCB et Infrabel, d’autant plus qu’il a obtenu des garanties des deux sociétés, tant par le biais de leurs CEO que par l’intermédiaire des membres de leurs conseils d’administration, que des mesures concrètes seront prises notamment via la désignation de managers de ligne ou encore la révision des délais d’attente dans certaines gares pilotes", nous a confié son cabinet. Il relève aussi que sur la période 2010-2015, la ponctualité a augmenté de manière significative et "souhaite la poursuite de l’augmentation de cette ponctualité dans le cadre des négociations des contrats de gestion avec les entreprises".

"Il est inadmissible qu’un projet de nouvelle organisation des travaux, probablement pénalisant pour les voyageurs, fasse l’objet d’une présentation prochaine aux parlementaires de la Commission Infrastructure, voire d’articles de presse avant même que cela ait été discuté avec le ministre de tutelle."
Le cabinet du ministre Bellot

Selon nos informations, les deux entreprises mettent en avant plusieurs éléments qui les empêcheront de réaliser les objectifs initiaux de ponctualité. Il s’agit notamment du nouveau contexte sécuritaire et la décision d’Infrabel de massifier les travaux d’infrastructure. "Concernant la massification des travaux prévue par Infrabel, il est inadmissible qu’un projet de nouvelle organisation des travaux, probablement pénalisant pour les voyageurs, fasse l’objet d’une présentation prochaine aux parlementaires de la Commission Infrastructure, voire d’articles de presse avant même que cela ait été discuté avec le ministre de tutelle", conclut le cabinet du ministre Bellot.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect