Le mot "reconfinement" est enfin lâché

Le Premier ministre Alexander De Croo a expliqué mercredi soir que la Belgique était en "confinement partiel". ©BELGA_HANDOUT

Le Premier ministre Alexander De Croo a annoncé une harmonisation nationale des mesures de restrictions décidées au niveau régional. Un nouveau Comité de concertation devrait durcir encore le dispositif d'ici la fin de la semaine.

Mettre fin au désordre. Permettre au Fédéral de reprendre la main sur la communication, essentielle en ces temps de crise, et sur le tempo des mesures qui s'enchaînent depuis une semaine entre Régions, Communautés et Fédéral sans ligne conductrice. Tels étaient les objectifs de l'entrevue, initiée par le Premier ministre Alexander De Croo, entre les gouvernements fédéral et fédérés ce mercredi.

Le résultat? Un arrêté ministériel qui coule dans la légalité un socle de mesures communes prises par les Régions en ordre dispersé. On y trouve globalement l'ensemble des restrictions annoncées à l'exception du couvre feu. La Région bruxelloise maintiendra, quant à elle, l'obligation du port du masque sur tout son territoire, assure le cabinet du ministre-président bruxellois Rudi Vervoort. "Vu la situation, pas question de revenir en arrière", dit-on.

La culture wallonne à l'arrêt

Changement, par contre, pour la Wallonie. L’arrêté implique l’arrivée de nouvelles mesures concernant exclusivement le monde culturel. Dès mercredi minuit, théâtres, cinémas et autres lieux culturels devront fermer leurs portes. La Wallonie rejoint ainsi la Flandre et Bruxelles. Pour le reste, côté wallon, rien ne change au niveau des restrictions. Le couvre-feu, qui n’est pas intégré dans l’arrêté royal, reste en vigueur de 22 h à 6h du matin. Cafés, bars et restaurants restent également fermés.

"La dernière chose dont nous avons besoin, c'est d'avancer en ordre dispersé."
Alexander De Croo
Premier ministre

"Maintenant que le gouvernement flamand s'est rallié aux mesures de limitation des contacts sociaux, la vie sociale est pratiquement à l'arrêt", a indiqué Alexander De Croo dans une allocation diffusée mercredi à 19 heures. "Le résultat est un confinement partiel", a-t-il ajouté. Le mot est lâché.

Mesures avancées en Flandre

On rappellera que le gouvernement flamand, dirigé par Jan Jambon (N-VA), avait décidé, à l'issue du Comité de concertation de vendredi dernier, de maintenir une certaine souplesse alors que la Wallonie et Bruxelles annonçaient, dans la foulée, un durcissement des mesures anti-Covid. La situation au Nord était alors plus favorable en termes de propagation du Covid et la Flandre avait pesé de tout son poids sur le Comité de concertation pour limiter les restrictions, malgré la volonté fédérale de durcir le dispositif. La réalité a rapidement rattrapé l'exécutif flamand.

Tout savoir sur le coronavirus

Pour tout savoir sur l'évolution de la situation sanitaire et ses conséquences économiques et sociales; lire les dernières news, les décryptages et opinions, rendez-vous dans notre dossier "Coronavirus".

Sous la pression des médias, des virologues, des réseaux hospitaliers, il a fini par décider, mardi, de fermer à son tour le secteur culturel, d'instaurer un couvre feu et, entre autres, de mettre les activités sportives à l'arrêt et de prolonger le congé de Toussaint jusqu'au 11 novembre, comme du côté francophone. Des mesures qui devaient, à la base, n'entrer en vigueur que vendredi, ce qui a relancé les critiques alors que s'accéléraient les contaminations au nord de la frontière linguistique. Notamment en périphérie bruxelloise. L'arrêté royal de ce mercredi permet à Jan Jambon d'avancer la mise en application des décisions prises mardi.

Ces différences entre Régions, ces annonces successives sans grande cohésion nationale donnaient le sentiment d'une régionalisation de la gestion de crise. "La dernière chose dont nous avons besoin, c'est d'avancer en ordre dispersé", a martelé Alexander De Croo mercredi soir tout en admettant que desserrer l'étau trop tôt autour du virus avait favorisé son redéploiement dans la population. Le Fédéral tente donc de reprendre son leadership.

Le plus loin possible

L'ampleur de la reprise du virus, l'image désastreuse du pays qui caracole en tête des classements internationaux au niveau des contaminations et surtout l'engorgement des hôpitaux annoncé pour la première semaine du mois de novembre semblent désormais nourrir un consensus pour un nouveau tour de vis. Un nouveau Comité de concertation réunissant le Fédéral et entités fédérées est prévu d’ici la fin de la semaine.

Que va-t-il décider? Tout dépendra, une nouvelle fois, de l’évolution des chiffres et surtout du nombre d'admissions en soins intensifs. Mais il semble évident à nombre d'observateurs qu'il est désormais trop tard pour éviter la surchauffe du système de santé. De nouvelles mesures sont donc attendues, soit la fermeture des magasins non essentiels comme lors de la période de confinement en mars dernier. Un cas de figure que tout le monde tente d’éviter. En coulisse, on évoque un reconfinement à l'irlandaise qui prévoit la fermeture de toute activité à l'exception des écoles, des entreprises et des services publics. Mercredi, au Parlement wallon, le ministre-président Elio Di Rupo (PS) a souhaité que "l'on aille le plus loin possible dans le confinement".

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés