Le MR relance les hostilités sur l'avènement de la 5G

Michel De Maegd, député MR ©BELGA

Un projet de résolution va être déposé à la Chambre et le parti interpellera le gouvernement bruxellois prochainement. Objectif? Donner un coup d’accélérateur au dossier.

Le train de la 5G ne passera pas deux fois. Or, la Belgique est déjà en retard si elle souhaite y embarquer. C’est pourquoi, le MR appelle aujourd’hui à donner un grand coup d’accélérateur au dossier, en rappelant l’urgence qui prévaut à l’ensemble de la classe politique du pays. Et en particulier à Bruxelles.

Pour ce faire, les libéraux ont opté pour un travail à deux niveaux. Au Fédéral, d’abord, le député Michel De Maegd va déposer une proposition de résolution à la Chambre; à Bruxelles, ensuite, face aux volontés marquées de la Flandre et de la Wallonie d’avancer rapidement, le député bruxellois David Weytsman interpellera le gouvernement et rappelera l’existence de deux projets d’ordonnance mise sur la table en 2014 et en 2018.

Tout ceci afin d’inviter la capitale à assumer son rôle de pionnière, au risque de se voir dépassée par Anvers ou Liège, ternissant ainsi son image européenne.

"La saturation d’ici 2022 si rien ne bouge"

Bref, de quoi répondre à l’appel à l’action lancé en juin par la Commission européenne, à la mi-octobre par le régulateur des télécoms (IBPT), mais aussi depuis des mois déjà par les acteurs du secteur technologique, qui s’impatientent.

"Sans changement, nous connaîtrons des délocalisations."
Michel De Maegd
Député fédéral (MR)

Et ce, pas juste parce qu’ils ont besoin de ce changement pour tester les nouveaux usages rendus possibles par l’internet mobile ultra-rapide, mais bien tout simplement pour répondre à la croissance des usages actuels, en 4G.

"C’est simple, si rien ne bouge, nous atteindrons la saturation d’ici 2022 et même avant en heures des pointes, déclare Michel De Maegd, s’appuyant sur une récente étude du Centre Jean Gol, cosignée par le secrétaire général de la Belgian association of marketing, Ivan Vandermeersch.

De même que nous connaîtrons des délocalisations. C’est pourquoi il est temps de prendre le problème à bras-le-corps."

"Il est temps de prendre le problème à bras-le-corps."
Michel De Maegd

Concrètement, au Fédéral, il faudra remédier à la situation de blocage dans le dossier des enchères sur les bandes de fréquence, paralysé faute d’accord sur la clé de répartition entre niveaux de pouvoirs des gains à attendre – de l’ordre de 700 millions d’euros rien que pour la 5G. C’est tout l’objet du texte déposé à la Chambre. "Nous voulons découpler enchères et répartition de leur produit".

Quant à la Région de Bruxelles-capitale, il faudra y faire atterrir la révision des normes d’émission des antennes GSM – jusqu’ici 50 fois plus strictes que ce préconise l’Organisation mondiale de la santé –, condition sine qua non à toute arrivée de l’internet mobile ultra-rapide.

Jeté aux oubliettes à la veille des élections

C’est l’objectif visé par les libéraux. Car si le gouvernement bruxellois avait bien avancé, sous l’égide la précédente ministre de l’Environnement Céline Fremault (cdH), le dossier fut jeté aux oubliettes à la veille des élections du 26 mai pour ne ressortir que dans la déclaration de politique générale du nouvel exécutif, mais sans qu’il n’apparaisse une volonté claire sur ce point.

Le MR propose la création d’un fonds qui serait alimenté par les opérateurs.

Et pour cause, Ecolo-Groen et libéraux flamands semblent tiraillés par des visions contraires. Les premiers y voient un danger pour la santé des citoyens; les seconds un moyen pour la Région de rattraper son retard digital.

Pour les rabibocher, le MR propose la création d’un fonds qui serait alimenté par les opérateurs. "Avec, pour objectif général, l’idée de garantir le principe de précaution, indique le député bruxellois David Weytsman. Tout d’abord, il financerait le contrôle actuel et futur des antennes. Ensuite, il permettrait de financer des études même s’il en existe déjà des milliers, réalisées depuis des années, et n’ayant jamais objectivement démontré un impact négatif et des mesures d’encadrement."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés