Publicité

Les autorités toujours à la recherche d'un militaire en fuite

La police a mis d'importants moyens en jeu, notamment un hélicoptère, pour retrouver le militaire renégat. ©James Arthur

La police fédérale est à la recherche d'un militaire de carrière soupçonné de vouloir attenter à la vie du virologue Marc Van Ranst. Son véhicule, contenant des armes et des munitions, a été retrouvé ce mercredi.

La police fédérale a diffusé ce mercredi, à la demande du parquet fédéral, un avis de recherche pour retrouver Jurgen Conings, âgé de 46 ans. Ce militaire est recherché depuis mardi après-midi, suspecté de vouloir s'en prendre au virologue Marc Van Ranst qu'il avait menacé par le passé.

"La question est de savoir comment quelqu'un d'actif au sein de la Défense, qui se trouve sur une liste de la Sûreté en tant que personne aux idées extrémistes, et qui a déjà proféré des menaces, a eu accès à des armes et a pu les emporter."
Alexander De Croo
Premier ministre

Selon l'avis de recherche, Jurgen Conings a quitté son domicile situé à Dilsen-Stokkem, dans le Limbourg, lundi, s'est rendu à son travail et ne s'est plus manifesté depuis. Sa voiture a été retrouvée mardi vers 18h dans un bois situé à proximité de la chaussée de Lanklaar. Selon le porte-parole du parquet fédéral, des armes lourdes y ont été retrouvées, notamment quatre dispositifs anti-char portables LAW M72.

Jurgen Conings, recherché par les autorités depuis ce mardi. ©EPA

Le Premier ministre Alexander De Croo s'est interrogé sur la manière avec laquelle le fugitif a pu s'armer. "La question est de savoir comment quelqu'un d'actif au sein de la Défense, qui se trouve sur une liste de la Sûreté en tant que personne aux idées extrémistes, et qui a déjà proféré des menaces, a eu accès à des armes et a pu les emporter", a-t-il déclaré devant la presse.

Niveau de menace à 4

L'individu pourrait encore être en possession d'armes à feu. La police déconseille d'aller à sa rencontre en cas d'identification et demande à être prévenue sans tarder. La chasse à l'homme a été lancée mardi après-midi. Menée par une zone de police locale dans un premier temps, elle a été reprise par le parquet fédéral ce mercredi.

"Il faut interpréter prudemment le chiffre de trente militaires en lien avec l'extrémisme de droite car il inclut les personnes pour lesquelles l'enquête pourrait conclure à l'absence de formes d'extrémisme."
Ludivine Dedonder
Ministre de la Défense

Le soldat est originaire de Dilsem-Stokkem et figure sur la liste des terroristes et extrémistes de l'Ocam, l'organisme chargé de l'analyse de la menace terroriste, en raison de ses sympathies envers l'extrême droite. L'Ocam a établi le niveau de la menace émanant de cette personne à 4. Le niveau général de menace pour le pays restant quant à lui bien à 2.

Il figure dans une liste d'une trentaine de militaires suivis par les services de renseignement en raison de leurs liens supposés avec des mouvements suprémacistes. La ministre de la Défense, Ludivine Dedonder (PS), avait toutefois relativisé ce chiffre le 20 avril devant la Chambre. "Il faut interpréter prudemment le chiffre de trente militaires en lien avec l'extrémisme de droite, car il inclut les personnes pour lesquelles l'enquête pourrait conclure à l'absence de formes d'extrémisme", avait-elle déclaré.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés