Les coulisses de la rédaction

©vadot

La botte secrète de la Wallonie dans les télécoms/La batterie domestique de Tesla fait le buzz chez nous/Nous sommes tous des "Buffalos"/Entre gens de bonne compagnie à Uccle/Avez-vous goûté ce "bièramisu"? / Trois heures sur une seule phrase…

Le point G de la Wallonie

Cette semaine, le gouvernement wallon présentait son grand plan numérique, une série de projets et un budget de 500 millions d’euros pour raccrocher la Région au train du numérique. Un projet encore plus ambitieux qu’il n’y paraît puisque d’après nos informations, le ministre des Technologies nouvelles, Jean-Claude Marcourt, artisan de ce plan, prévoit de propulser la Wallonie au sommet mondial des technologies, loin devant la Corée du Sud, le Japon ou les Etats-Unis. L’homme aurait en effet confié aux opérateurs mobiles son intention de préparer l’avènement de la 5G, certes, mais aussi de la 6G! Imaginez un peu! Si des ingénieurs de Samsung nous lisent, il y a fort à parier qu’une sueur froide vient de les transpercer. Là où le monde entier n’en est encore qu’à tenter de définir des standards et les technologies à utiliser pour la 5G, envisagée pour 2020, la Wallonie prépare déjà la suite, dans le plus grand secret, un peu comme l’arsenal nucléaire de la Corée du Nord (la comparaison s’arrête là, bien évidemment). Surtout, alors que pour tous les opérateurs du monde, la 5G passera d’office par une densification du réseau et l’utilisation de nombreuses petites antennes, le gouvernement wallon semble disposer d’une botte secrète puisqu’il assure que de nouveaux pylônes permettront son déploiement. Certains fonctionnaires wallons seraient-ils déjà des androïdes?

Quand le cofondateur de Lampiris achète chez… Eneco

L’annonce de la commercialisation prochaine, par le fournisseur d’énergie Eneco, de la batterie domestique Tesla a suscité un véritable buzz, cette semaine. Une batterie destinée aux propriétaires de panneaux solaires, qui permet de stocker l’électricité excédentaire produite à certains moments de la journée pour la consommer à d’autres.

Même Bruno Vanderschueren, cofondateur du fournisseur d’énergie Lampiris avec Bruno Venanzi, ne cachait pas son excitation. "J’en veux une, où dois-je commander?" tweetait-il quelques heures après l’annonce de Christophe Degrez, le CEO d’Eneco en Belgique. Et dans la journée, c’était chose faite. "Je me suis inscrit sur le site, pour ce qui est plutôt une demande d’info qu’une commande. Mais je la commanderai par intérêt et curiosité, même si ça restera un produit de niche", nous précise-t-il.

Buffalos, Buffalos!

"Bravo à l’équipe de La Gantoise. Le foot belge toujours plus au top! Proficiat KAAGent!"
le tweet de willy borsus, ministre fédéral des pme

Quand le club de La Gantoise est devenu champion de Belgique, certaines mines se sont assombries du côté de RTL, qui diffuse les rencontres de la Ligue des Champions. Quelles allaient être les audiences télé? Gand ne serait-il pas rapidement éliminé? Sept mois plus tard, le sourire est de rigueur. Mercredi soir, la qualification des "Buffalos" a été suivie par 244.882 téléspectateurs sur Club RTL. Une fort belle audience, même si on est loin des 900.000 téléspectateurs de la chaîne flamande 2BE (avec un pic à plus de 1 million!). Au tour suivant, Gand est assuré de rencontrer un gros calibre, ce qui devrait doper encore les audiences de RTL. Comme il se doit, la qualification gantoise a été saluée par des politiques, dont Willy Borsus, le ministre fédéral des PME. Après tout, La Gantoise est une PME belge qui gagne. En revanche, pas de trace cette fois sur Twitter de Charles Michel (mais il avait sans doute d’autres chats à fouetter…). Un homme en particulier pouvait savourer cet exploit gantois sur la scène européenne: Jan Smets, le gouverneur de la Banque nationale de Belgique, supporter de ce club… depuis 55 ans! C’est sûr, lors de la prochaine réunion de la BCE à Francfort, Jan Smets pourra parader face à ses collègues européens.

Anvers, the place to be…

Il y a un mois, nous vous révélions les ambitions liégeoise et anversoise du Cercle B19. S’il avait déjà trouvé un point de chute en Cité ardente, le cercle d’affaires cornaqué par John Alexander Bogaerts en cherchait encore un dans la métropole. C’est désormais chose faite. L’antenne anversoise s’implantera dans un centre d’affaires situé à côté du club de tennis Terdelt, à Edegem, une commune cossue de la banlieue sud anversoise. C’est ce même club qui sera absorbé en mai prochain par le David Lloyd, le très huppé club multisport (tennis, fitness, natation, judo…) qui y ouvrira sa deuxième antenne en Belgique après celle d’Uccle. Tout comme à Uccle, B19 et David Lloyd seront donc voisins… et devraient développer là aussi de fructueuses synergies…

… et win-win deal bruxellois

De synergies, il en sera aussi question dès janvier entre le B19 et la Villa Lorraine. Le cercle ucclois, qui n’a pas de restaurant, a conclu un partenariat avec la prestigieuse maison de bouche distante d’à peine 2 kilomètres. Faute d’être parvenu à lui vendre des pages de pub dans sa "Zoute Gazette" (un magazine de photos où les people zoutois aiment se pavaner), John Alexander Bogaerts a bouclé avec le maître des lieux, Serge Litvine, ce que les deux hommes d’affaires qualifient de "win-win deal". Dès le 1er janvier, chacun des 750 membres du B19, en ordre de cotisation, recevra un repas d’affaires gratuit d’une valeur de 48 euros à la Villa Lorraine. "L’objectif est de faire connaître la formule au monde des affaires et de montrer que, contrairement à ce qu’aucuns croient, on peut venir prendre un business lunch le midi en une heure chrono à un prix correct", assure Serge Litvine.

John-Alexander Bogaerts voit ce deal comme une manière d’offrir un service additionnel à ses membres. "C’est un peu comme l’accord que l’on a passé avec Brussels Airlines où nos membres ont un accès gratuit à son loft à Brussels Airport."

Quant à savoir si l’offre portera au-delà de 2016, les deux hommes se montrent plus prudents. On parle tout de même d’un "cadeau" – ou d’une campagne de com’ – de 38.000 euros…

AB InBev prêt à se diversifier dans l’agroalimentaire? Lorsqu’il aura digéré SABMiller, à quels nouveaux projets pharaoniques pourrait encore s’intéresser le brasseur belgo-brésilien? Cette semaine, le groupe a invité des journalistes, puis des riverains de la brasserie Artoisà Louvain, à un généreux repas de Noël. Il avait mis l’accent sur le "food pairing" en faisant préparer des plats qui s’accordent très bien à l’une ou l’autre de ses bières. Au dessert, les hôtes ont dégusté un succulent "bièramisu de chocolat blanc, framboises et copeaux d’amandes": la partie bière était assurée par la Kriek Belle-Vue qui imprégnait notamment les boudoirs. Subjugué par ce "beeramisu" (qui se prononce de la même manière en anglais et en néerlandais), un journaliste a suggéré aux responsables du brasseur de se diversifier dans l’alimentaire et, en particulier, dans les desserts préparés. En italien, "tiramisu" signifie "tire-moi vers le haut": le message est clair, le créneau serait porteur…

Tout, sauf un long fleuve tranquille

Mercredi dernier, la réunion des membres de la Conférence des régulateurs du secteur des communications électroniques (CRC) ne s’est pas déroulée comme un long fleuve tranquille. La CRC devait approuver, pour rappel, les nouveaux tarifs (revus à la baisse) que les câblo-opérateurs doivent facturer aux opérateur alternatifs pour leur donner l’accès à leur réseau. Auparavant, un des membres de la CRC avait éprouvé quelques difficultés à avaliser le texte: le CAC, le Collège d’autorisation et de contrôle, c’est-à-dire le conseil d’administration, si l’on peut dire, du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), ne l’avait voté que de justesse. Pourquoi? Parce que, selon certains, une partie de ses membres rouleraient pour le câblo wallon Voo, qui n’a pas envie d’ouvrir son réseau à moindre frais à Mobistar et consorts. Bref, mercredi, il nous revient que la CRC a passé trois heures à étudier un amendement introduit par le CAC dans le projet de décision du CSA. Cette clause lui permettrait de revoir, au-delà des candidats qui se sont déjà déclarés, la manière dont les offres promotionnelles des câblo-opérateurs sont répercutées dans le calcul du tarif dans le cas d’un nouvel entrant qui se lancerait. Cet amendement, s’il est passé, sera-t-il jamais appliqué? On espère que non, sans quoi on risquerait de louper l’objectif de base de la réforme: l’ouverture à plus de concurrence…

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés