Les demandeurs d'asile en situation critique

©ID Photo Agency / Mine Dalemans

Mieke Candaele, du centre d’accueil fédéral pour les demandeurs d’asile (Fedasil), tire la sonnette d’alarme et appelle le gouvernement fédéral à réagir. D’ici la fin de l’année, 1.000 places sont à trouver pour les demandeurs d'asiles, estime Fedasil.

"Actuellement, nous ajoutons un peu partout des unités mobiles dans les faits, des tentes militaires avec un plancher. Mais à partir de la semaine prochaine, si rien ne change, nous ne pourrons plus accueillir de demandeurs d’asile." Mieke Candaele, du centre d’accueil fédéral pour les demandeurs d’asile (Fedasil), tire la sonnette d’alarme. Le récent incendie criminel qui a ravagé un nouveau centre pour demandeurs d’asile à Bilzen, dans le Limbourg – 140 places parties en fumée – n’arrange évidemment pas les choses.

Les personnes dont la demande d’asile est en cours ont en principe droit à un lit, des sanitaires et de la nourriture. Mais lorsque la capacité d’accueil de Fedasil est épuisée, ce dernier est autorisé à renvoyer les demandeurs vers les CPAS. En pratique, à la rue… Candaele appelle le gouvernement fédéral à réagir. D’ici la fin de l’année, 1.000 places sont à trouver, estime Fedasil.

À la mi-octobre, la Belgique comptait 23.000 demandes d’asile.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect