Les dépenses polémiques du Prince Laurent

©BELGA

Le Prince aurait fait passer en note de frais des vacances au ski, des tickets du Colruyt ou les frais scolaires de ses enfants.

La Cour des comptes a rédigé un rapport particulièrement critique concernant l'usage fait de sa dotation par le prince Laurent. Elle fustigerait notamment le fait que le prince a introduit

  • des tickets de caisse du Colruyt,
  • des frais scolaires pour ses enfants ou
  • encore un voyage au ski

dans ses notes de frais pour ses activités officielles, écrivent samedi De Standaard et Het Nieuwsblad.

Le prince Laurent reçoit environ 300.000 euros de dotation annuellement. Une partie de ce montant lui est versée en tant que salaire, tandis qu'une autre doit lui servir pour ses activités officielles.

La Cour des comptes conteste une série de notes de frais que le prince a introduit dans le cadre de ses fonctions officielles. Le montant contesté n'est pas connu.

La loi sur les dotations royales a été entièrement revue en 2013. Le roi Albert, la princesse Astrid et le prince Laurent reçoivent désormais chaque année un montant pour subvenir à leur train de vie. Ils doivent cependant faire savoir à la Cour des comptes comment ils ont dépensé leur argent au cours de l'année écoulée.

La parlementaire N-VA Veerle Wouters propose dans la foulée de supprimer la dotation du prince Laurent pour une période de cinq ans. La parlementaire estime "surréaliste" que le prince utilise de l'argent public pour ses dépenses personnelles. "Combien de frasques de Laurent devrons-nous encore supporter?", se demande-t-elle. D'après son collègue Hendrik Vuye, également parlementaire N-VA, le prince ne bénéficie d'une dotation que et seulement parce qu'il est de la famille royale. "En réalité, Laurent n'exerce aucune fonction au sein de l'Etat belge", dit-il.

Les deux élus plaident dès lors pour une modification de la loi afin d'y intégrer des sanctions claires en cas d'abus. En attendant, ils demandent au prince Laurent de rembourser les sommes injustement réclamées en notes de frais. Si le prince ne le fait pas, il se rendrait coupable d'"enrichissement illégal", avertissent-ils.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés