Les eaux sales d'Up-site dans la Senne

© Tellemans ©Dieter Telemans

Les eaux de la plus haute tour résidentielle de Bruxelles seraient déversées dans la Senne, et non dans le collecteur qui achemine les eaux usées vers une station d'épuration. D'après Evelyne Huytebroeck, les travaux nécessaires seront réalisés d'ici 2014 pour l'arrivée des premiers habitants d'Up-site

Les eaux usées du quartier Up-Site, actuellement en cours de construction le long du canal en face du site de Tour et Taxis, se déverseraient directement dans la Senne, rapporte la RTBF lundi. Selon un rapport d'incidence que la radio publique a pu consulter, les eaux usées des logements et bureaux qui s'y établiront d'ici un an équivaudront à celles de 2.500 habitants.

• Le quartier Up-Site comporte notamment la plus haute tour résidentielle de Bruxelles, qui atteindra 140 mètres de haut pour 42 étages, ainsi que quatre autres immeubles de logements, quatre immeubles de bureaux et quelques commerces.

Selon les plans officiels du réseau d'égouttage, les égouts ne mènent pas au "Grand Collecteur" de la rive droite du canal, qui conduit à la station d'épuration Nord, mais se déversent directement dans la Senne, la rivière voûtée depuis le XIXe siècle. Ces eaux ne sont dès lors pas épurées.

Un arrêté de la Région de Bruxelles-Capitale stipule que l'ensemble du territoire de la région doit être équipé d'un système de collecte des eaux urbaines usées. Le quartier Up-Site enfreindrait donc cette disposition légale alors que le problème avait déjà été mentionné dans un rapport officiel de 2008, rapporte la RTBF.

Néanmoins, la ministre bruxellois de l'environnement a tenu à rassurer. "J'ai été rassurée par Hydrobru", tempère Evelyne Huytebroeck. "Tout est planifié et sous contrôle. Les travaux seront réalisés d'ici 2014 pour l'arrivée des premiers habitants d'Up-site."
   
Elle précise que le raccordement au grand collecteur de la rive droite du canal, qui conduit à la station d'épuration Nord, avait déjà été mentionné, en 2010, à la délivrance du permis d'urbanisme. Le chantier a débuté en 2012. Hydrobru s'est coordonné avec Vivaqua et Beliris pour réaliser, en même temps, une série de travaux, parmi lesquels le raccordement au système d'épuration.
    
La ministre explique qu'environ 500 km d'égouts doivent être réparés à Bruxelles et plusieurs endroits non habités le long du canal ne sont toujours pas raccordés au système d'épuration. Un financement de la BEI (Banque européenne d'investissement) permet de prévoir la finalisation de la rénovation des égouts bruxellois d'ici 20 ans. Elle rassure en indiquant que, globalement, les eaux de la Senne sont plus propres en sortant de Bruxelles qu'en y entrant, grâce aux deux stations d'épuration, au Sud et au Nord, situées sur son passage.
    

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés