Les écoles se préparent à une rentrée jaune-orange

Dans tous les scénarios, les élèves de maternelle et de primaire se rendront à l'école tous les jours, dès septembre. Pour le secondaire, c'est autre chose: tout dépend du code couleur qui sera fixé par le Conseil national de sécurité. ©Photo News

Le regain de l'épidémie change-t-il la donne dans la préparation de la rentrée scolaire? Pas vraiment: dès juin, différents scénarios ont été esquissés. Afin de ne plus être pris au dépourvu.

Bien sûr, au vu de l'inconnue pesant sur l'évolution de l'épidémie, il semble lointain, le mois de septembre. Et pourtant, quelque part, la question de la rentrée scolaire trotte dans la tête de tous les parents. Et hante le couloir des écoles, bien en peine de prédire à quelle sauce le Covid assaisonnera l'année académique qui s'annonce.

Pour autant, les écoles n'avancent pas dans le brouillard. Et savent, pour l'heure, à quoi s'en tenir. Car si l'enseignement a été pris au dépourvu au printemps dernier, il a eu le temps de voir venir depuis. Fin juin, les ministres de l'Enseignement se sont mis d'accord, et ont élaboré un plan d'attaque déclinant quatre scénarios, chacun affublé d'un code couleur. En Fédération Wallonie-Bruxelles, le tout a été coulé dans la circulaire du 24 juin.

Pour l'enseignement fondamental (maternel et primaire), la donne est simple: les élèves sont attendus à l'école tous les jours à partir du 1er septembre.

Vert, jaune, orange ou rouge?

C'est dans le secondaire que les choses se compliquent. En schématisant, trois types de rentrée y ont été définis - le code rouge n'étant qu'un code orange appuyé, avec certaines mesures renforcées et les exceptions rayées de la carte.

Il y a le monde idéal, celui où un vaccin est disponible, ou l'immunité de groupe suffisante. Dans cet univers repeint en vert, les écoles ouvrent leurs portes comme si de rien n'était. Hautement improbable.

Vient ensuite le code jaune, impliquant une transmission limitée du virus. Les élèves se rendent à l'école quatre jours par semaine et restent chez eux le mercredi matin, consacré à du travail à domicile. C'est le scénario par défaut envisagé par la circulaire, et d'actualité jusqu'à preuve du contraire.

"Il faudra faire preuve d'adaptabilité. Envisager le jaune, mais être prêt à basculer à tout moment dans l'orange."
Julien Nicaise
Administrateur général de Wallonie-Bruxelles Enseignement

Si l'épidémie fait des siennes, le feu passera à l'orange, voire au rouge dans le pire des cas. Ce qui constitue un sacré basculement pour les écoles secondaires: classes divisées en deux, présence deux jours par semaine et grand retour de l'apprentissage hybride, mêlant cours en présentiel et à distance.

"L'existence de ces scénarios nous aide, assure Julien Nicaise, à la tête du réseau officiel, Wallonie-Bruxelles Enseignement. Nous disposons des fils conducteurs." Et si le jaune constitue la couleur par défaut, elle n'est pas la seule envisagée. Les écoles ont plusieurs fers au feu. "La situation normale devrait être le code jaune, doublé d'orange par endroits ou par moments. Il faudra faire preuve d'adaptabilité. Envisager le jaune, mais être prêt à basculer à tout moment dans l'orange."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés