Publicité

Les interlocuteurs sociaux avancent à pas feutrés

Mario Coppens (CGSLB), Sonja De Becker (Boerenbond) et Miranda Ulens (FGTB), trois des membres du Groupe des Dix. ©Photo News

Le Groupe des Dix (G10) progresse sur les quatre sujets qui lui ont été confiés par le gouvernement. Une réunion prévue vendredi prochain pourrait être décisive.

Les membres du Groupe des Dix poursuivent leurs pourparlers dans la plus grande discrétion. Ça n'a l'air de rien, mais c'est notable: aucune déclaration matamoresque n'est venue perturber leurs négociations depuis qu'elles ont été relancées à la mi-mai.

Pour rappel, l'échec des négociations sur la norme salariale étant acté, patrons et syndicats tentent désormais de s'entendre sur quatre autres sujets dans le cadre de l'accord interprofessionnel (AIP). À leur menu: revalorisation du salaire minimum, conditions des fins de carrière, harmonisation du deuxième pilier de pensions et heures supplémentaires.

Ce vendredi, les discussions sur ces thèmes n'ont pas été décisives. "En fait, nous sommes encore dans l'attente de certaines données", nous explique l'un des participants à la réunion.

"Nous sommes encore dans l'attente de données chiffrées quant aux conséquences de choix que nous pourrions poser."
Un membre du Groupe des Dix

Autrement dit, les calculettes tournent à plein régime du côté de l'ONSS et du Conseil central de l'économie (CCE). Si tout se passe comme prévu, les partenaires sociaux devraient disposer de l'ensemble des données d'ici mardi prochain. Ensuite les services d'études s'affaireront avant une nouvelle réunion du G10, potentiellement décisive, le vendredi 4 juin. Bref, ça avance, mais le plus dur reste à faire...

Chez certains, on tempère déjà l'importance du rendez-vous de vendredi prochain. "Ce n'est pas une deadline. Tant qu'on n'aura pas totalement épuisé la discussion, on poursuivra", nous glisse une source. C'est possible, mais le Groupe des Dix devra alors s'assurer que le gouvernement l'entend de cette oreille. Interrogé à la Chambre, le ministre Pierre-Yves Dermagne (PS) a souligné qu'il attendait bien des progrès d'ici le 4 juin.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés