Publicité

Les mesures de soutien ont coûté 24,2 milliards d'euros jusqu'ici

La secrétaire d'État au Budget Eva De Bleeker (Open Vld) pense qu'il est temps de stopper les mesures de soutien. ©BELGA

La plus grosse part, soit 14,5 milliards d'euros, est allée aux dépenses sociales, essentiellement pour le chômage temporaire et le droit passerelle.

Le gouvernement fédéral a déboursé 14,6 milliards d'euros en 2020 et 9,6 milliards en 2021 pour soutenir les victimes de la pandémie, soit au total 24,2 milliards d'euros. C'est ce qu'a indiqué la secrétaire d'État au Budget Eva De Bleeker (Open Vld) en commission des Finances de la Chambre, mardi après-midi.

14,5
milliards d'euros
Les dépenses sociales (chômage temporaire et droit passerelle) représentent le plus gros poste parmi les mesures de soutien, avec 14,5 milliards d'euros.

La part du lion est allée aux dépenses sociales (chômage temporaire pour les salariés et droit passerelle pour les indépendants), avec 14,5 milliards d'euros (8,6 milliards en 2020 et 5,9 milliards en 2021). Les dépenses fiscales (baisse de la TVA dans l'horeca, crédits d'impôts, reports de paiement, etc.) se sont limitées à 2,6 milliards d'euros (1,5 milliard en 2020 et 1,1 milliard en 2021).

Une provision probablement encore augmentée

À cela s'ajoute une provision prévue par le gouvernement pour couvrir un certain nombre de dépenses liées à la crise du covid, comme l'achat de vaccins et de matériel médical ou les primes de soutien pour le personnel soignant. Cette provision a été régulièrement augmentée au gré de l'évolution de la situation sanitaire et se montait à 4 milliards d'euros en 2020 et 2,1 milliards en 2021.

Eva De Bleeker a précisé que la provision serait probablement encore augmentée du fait des travaux de restauration du réseau Infrabel à la suite des inondations et du fait du franchissement de l'indice-pivot suite au rebond de l'inflation.

En 2021, le plus gros poste de dépenses du gouvernement fédéral est le droit passerelle pour les indépendants, bon pour 2,3 milliards d'euros. C'est pourtant 230 millions d'euros de moins qu'initialement prévu, grâce à une reprise économique plus vigoureuse que prévu. Le deuxième poste le plus important est le chômage temporaire (1,5 milliard).

Stop ou encore?

"Les gens ont adopté de nouvelles façons de voyager. On pourrait réorienter certaines personnes vers des secteurs où l'on manque de bras."
Eva De Bleeker
Secrétaire d'État au Budget (Open Vld)

Eva De Bleeker a par ailleurs répété son souhait de suspendre rapidement les mesures de soutien, tout en précisant que c'était là son avis personnel. "Nous sommes plusieurs partis au sein du gouvernement", a-t-elle tempéré. Le PS veut en effet prolonger les mesures de soutien tandis que les partis flamands estiment qu'elles n'ont plus lieu d'être. Cette question doit en principe être tranchée cette semaine.

La secrétaire d'État a toutefois précisé qu'il est toujours possible d'adapter les mesures pour certains secteurs particuliers. Mais elle a aussi ajouté que certains secteurs n'auront pas d'autre choix que de s'adapter à la nouvelle situation post-covid. C'est le cas, par exemple, du secteur hôtelier. "Les gens ont adopté de nouvelles façons de voyager. On pourrait réorienter certaines personnes vers des secteurs où l'on manque de bras", suggère-t-elle.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés