Les patrons pas suffisamment nombreux pour négocier la pénibilité

©Photo News

La réunion de négociation entre les partenaires sociaux pour déterminer la liste des fonctions pénibles permettant un départ précoce à la pension s'est tenue cet après-midi. Les représentants patronaux n'étant pas tous présents, un avis ne peut être rendu.

Les partenaires sociaux se sont réunis ce mardi au sein du Comité de gestion du SPF pensions afin de se pencher sur une liste de fonctions pénibles dans le cadre de la réforme des pensions, une semaine après la manifestation organisée par les syndicats contre la réforme. Manifestation qui a rassemblé entre 55.000 et 70.000 personnes selon les sources.

Il n'y a pas eu d'échec des négociations, mais il a été impossible aux partenaires sociaux d'aboutir à un avis formel, le quorum sur le banc patronal n'étant pas atteint. D'après certaines sources, cet impossibilité d'aboutir devrait arranger certaines organisations qui ont jugé le temps beaucoup trop court pour négocier et aboutir sur un dossier aussi complexe.  

Ce round de négociation avait été lancé par le ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine (MR). Après avoir balisé les grandes lignes de la réforme, il avait transmis la balle aux partenaires sociaux, ceux-ci devant s'entendre sur une liste de fonctions pénibles. 

Pour rappel, celui qui effectue un métier pénible pourra soit partir plus tôt à la retraite, soit jouir d'une pension plus élevée. La réforme doit normalement entrer en vigueur le 1er janvier 2020. Le gouvernement s'est accordé sur un cadre valable pour le secteur privé et la fonction publique au mois en mars.

Quels sont les critères généraux retenus?

- les contraintes physiques,
- l'organisation du travail,
- le risque de sécurité,
- la pénibilité mentale ou émotionnelle.

Les personnes exerçant une fonction reconnue pénible pourront anticiper leur départ à la pension de deux à six ans.

Demain mercredi, les mêmes négociations doivent se tenir pour la fonction publique au sein du Comité A. Les régimes préférentiels du personnel ferroviaire (pension à 56 ans) et des militaires (pension à 55 ans) disparaîtront. Une période de transition de 20 ans est avancée.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect