Les pédiatres plaident pour une rentrée normale

©BELGA

Des pédiatres plaident pour le retour de tous les enfants à l'école à temps plein. En agissant de la sorte, ils espèrent probablement peser sur les futures décisions du Conseil National de Sécurité (CNS).

"Tous les enfants doivent retourner à l’école à temps plein le 1er septembre". Ce message sans ambiguïté a été porté mercredi par la Belgian Pediatric Covid-19 Task Force. Composé de plusieurs instances représentatives du secteur, ce groupe d'experts plaide pour que la réouverture des écoles soit la principale priorité des autorités.

"Tous les enfants doivent retourner à l'école à temps plein."
Belgian Pediatric Covid-19 Task Force

Afin d'appuyer son plaidoyer, il souligne, entre autres, que les infections dans les camps d'été ont été très limitées et répète que le coronavirus présente un risque minime pour la santé des jeunes.

Jaune toujours

Rappelons-le, les écoles n'avancent pas dans le brouillard pour la rentrée à venir. Dès juin, les ministres de l’Éducation des trois communautés ont élaboré un plan d'attaque déclinant quatre scénarios, chacun affublé d'un code couleur. Par défaut, le code jaune, impliquant une transmission limitée du virus, s'appliquera le 1er septembre.

Les écoles n'avancent pas dans le brouillard pour la rentrée à venir.

Qu'est-ce que cela signifie? Pour l'enseignement fondamental (maternel et primaire), la donne est simple: les élèves sont attendus à l'école tous les jours quel que soit le code d'application.

Dans le secondaire par contre, les scénarios dépendent de la situation épidémiologique. En code jaune, les jeunes se rendront à l'école quatre jours par semaine et resteront chez eux le mercredi matin, une période consacrée à du travail à domicile. 

Réévaluation possible

Le scénario par défaut reste privilégié, mais une réévaluation de la situation par le CNS dans les semaines à venir n'est pas à exclure.

Contactés par nos soins, plusieurs pouvoirs organisateurs précisent que le scénario par défaut reste privilégié. Une réévaluation de la situation par le Conseil national de sécurité n'est toutefois pas à exclure dans les semaines à venir. Ce dernier est en effet compétent pour ordonner le passage d'une phase à l'autre.

L'évolution de l'épidémie en Belgique, mais aussi les enseignements tirés des rentrées dans d'autres pays, seront probablement scrutés de près par les décideurs.

2
Jours
Dans les scénarios orange et rouge, les élèves du secondaire ne suivront les cours en présentiel que deux jours par semaine.

En interpellant publiquement les autorités, les pédiatres semblent en tout cas vouloir éviter à tout prix que le scénario actuel soit revu. Un passage à l'orange, voire au rouge, changerait en effet grandement la donne pour les élèves du secondaire. Dans ces cas de figure, toutes les classes seront divisées en deux et les jeunes ne se rendront plus à l'école que deux jours par semaine.

"C'est un petit peu tôt pour savoir ce qui va se passer en septembre, quel type de rentrée nous aurons en Belgique."
Antoine Iseux
Porte-parole du Centre de Crise

À l'heure actuelle, aucun élément ne permet toutefois de présumer de la décision du CNS. "C'est un petit peu tôt pour savoir ce qui va se passer en septembre, quel type de rentrée nous aurons en Belgique", indiquait encore en début de semaine le porte-parole du Centre de Crise, Antoine Iseux.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés