mon argent

Les pistes d'un budget mobilité pour tous

Avec le budget mobilité, il est possible d'opter pour une voiture moins polluante, des moyens de transport durables ou du cash. ©BELGA

Le nouveau gouvernement prévoit dans son accord d'étendre le budget mobilité à tous les travailleurs. Mais comment? Voici plusieurs pistes évoquées par le prestataire de services RH SD Worx.

"Le gouvernement mettra en place un cadre permettant aux travailleurs qui n’ont pas de voiture de société de recevoir un budget mobilité de leur employeur." Cette unique phrase au sein de l'accord de gouvernement "promet" aux travailleurs ne disposant pas d'un véhicule de société de se voir accorder un budget mobilité qu'ils pourront utiliser selon leurs besoins (transports en commun, vélo, voiture partagée... voire un mixte de moyens de transport).

Actuellement, ce budget n'existe en effet que pour les travailleurs ayant une voiture de société mise à disposition par leur employeur. C'est sur la base du coût total de cette voiture (TCO - total cost of ownership) qu'est calculé le montant du budget mobilité. Alors, comment cela peut-il se transposer, dans la pratique, pour les travailleurs ne jouissant pas d'une voiture de société? Le prestataire de services RH SD Worx s'est penché sur la question.

1. Convertir le montant des écochèques

Puisque les travailleurs auxquels le budget mobilité va être étendu n'ont pas de voiture de société, il faudra donc leur créer un budget virtuel, reste à savoir sur quelle base.

"Par exemple, on peut penser à remplacer un avantage existant, comme les écochèques, qui ne sont pas un franc succès", explique Jean-Luc Vannieuwenhuyse, conseiller juridique chez SD Worx. "On pourrait alors décider de convertir le montant de ces écochèques en budget mobilité." Le principe peut également s'étendre à d'autres avantages salariaux/fiscaux.

"On pourrait convertir le montant des écochèques en budget mobilité."
Jean-Luc Vannieuwenhuyse
Conseiller juridique chez SD Worx

2. Une augmentation salariale

Contrairement à la piste précédente, qui n'engendre pas de surcoût pour l'employeur, celle-ci demande un effort financier de sa part.

"Lors du prochain accord interprofessionnel, l'augmentation salariale pourrait être une piste. Par exemple, il pourrait être convenu d'une augmentation salariale de 1% sous forme de budget mobilité plutôt que sous forme de cash, comme précédemment", détaille Jean-Luc Vannieuwenhuyse.

"Il pourrait être convenu d'une augmentation salariale de 1% sous forme de budget mobilité."
Jean-Luc Vannieuwenhuyse
Conseiller juridique chez SD Worx

3. Sur la base du coût des trajets domicile-travail

Chaque travailleur a droit à un abonnement social pour ses déplacements domicile-travail, que ce soit à pied, en transport, à vélo, etc. "L'idée serait de calculer la moyenne des coûts de ce trajet domicile-travail pour l'employeur et de convertir cela en budget virtuel qui serait alloué au budget mobilité", explique le conseiller juridique de SD Worx.

Mais in fine, "la question primordiale est de savoir comment cela va être financé, alimenté, implémenté et s'il y aura un surcoût ou non pour l'employeur", conclut-il.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés