Publicité
Publicité

Les premiers euros du plan de relance européen versés à la Belgique

La Wallonie mettra des mois à effacer les stigmates des inondations. ©Photo News

Le secrétaire d'État Thomas Dermine réaffirme que le timing du plan de relance européen pourra être adapté à la reconstruction en Wallonie suite aux inondations.

Voilà qui promet un peu d'air au gouvernement wallon. Cherchant des financements tous azimuts, celui-ci a décidé récemment de réorienter une partie de son plan de relance pour la reconstruction des zones sinistrées par les inondations. Or la Commission européenne vient de libérer une première tranche des quelque 5,9 milliards d'euros de subsides promis à la Belgique, faisant d'elle un des trois premiers États membres, avec le Portugal et le Grand-Duché de Luxembourg, à recevoir un versement du fonds européen de relance et résilience.

770
millions d'euros
La première tranche du subside européen représente un peu plus de 770 millions d'euros, soit 13% du total promis.

Ce préfinancement s'élève à 13% du montant total subsidié, soit 770.113.932 euros exactement, confirme Thomas Dermine (PS), secrétaire d'État en charge de la Relance. Le plan belge a été déposé le 30 avril et approuvé le 13 juillet dernier et le gouvernement avait à cœur de bénéficier des premiers versements le plus rapidement possible.

"Nous souhaitions mettre en œuvre le plus rapidement possible de gros investissements afin de maximiser l’effet de relance."
Thomas Dermine
Secrétaire d'État à la Relance

"C’est une véritable performance que la Belgique soit dans ce trio de tête", commente encore Thomas Dermine dans un communiqué qui rappelle que compte tenu de l'installation douloureuse du gouvernement, la Belgique avait entamé l'élaboration du plan de relance avec un retard certain. "Cela démontre la qualité du travail déployé par toutes les parties prenantes en quelques mois et qu’avec de la bonne volonté partagée, le fédéralisme de coopération peut fonctionner", dit-il.

"Nous avons demandé à la Commission européenne de pouvoir bénéficier le plus rapidement possible d’un préfinancement, car nous souhaitions mettre en œuvre le plus rapidement possible de gros investissements afin de maximiser l’effet de relance. Je me réjouis que nous ayons été entendus", précise encore le socialiste. La ligne directrice du gouvernement est toujours de concentrer les investissements au début du processus pour assurer une sortie de crise la plus profitable possible pour l'économie nationale.

La balle est dans le camp des gouvernements

L’argent sera versé aux fonds que les gouvernements fédéral, régionaux et communautaires ont mis en place pour préfinancer les investissements du plan de relance et résilience.

"Il appartient maintenant aux différents gouvernements de mettre en œuvre le plan de relance et résilience", indique Thomas Dermine. "Sa réalisation selon l’échéancier convenu entre la Belgique et la Commission européenne permettra de recevoir les prochaines tranches de financement du fonds européen. Les timings de mise en œuvre pourront être ajustés le cas échéant en Wallonie pour accorder la priorité absolue aux efforts de reconstruction suite aux inondations."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés