Les salaires belges plus sages que ceux des pays voisins

© iStock ©iStock

Les employeurs craignent que le handicap salarial de la Belgique ne s’aggrave à cause de l’inflation élevée. Mais l'analyse révèle que, chez nous, les salaires ont moins augmenté que dans les pays voisins.

Pour la première fois en cinq ans, les salaires belges ont moins augmenté que ceux des pays voisins. Ces bons chiffres d’Eurostat contredisent les employeurs qui maudissent l’indexation automatique des salaires et réclament une réforme du système. Mais que disent ces chiffres? Qu’au premier semestre, le coût salarial horaire a augmenté de 3% par rapport à l’année précédente. En Allemagne, en France et aux Pays-Bas, cette hausse est de 3,6%. Cela veut dire que le coût salarial belge n’augmente pas plus vite que la moyenne des autres pays. Cela veut aussi dire que l’inflation n’a pas autant pesé sur les salaires belges que l’on aurait pu le croire.

A remarquer aussi: après des années d’une modération salariale soutenue, l’Allemagne a vu ses salaires augmenter de façon assez rapide. Cela s’est constaté lors du premier semestre mais surtout durant le second. Les syndicats ont effectivement réussi à obtenir des augmentations assez importantes, arguant d’un taux de chômage au plus bas depuis 20 ans. "Les syndicats allemands nous avaient dit qu’ils s’attendaient à une telle tendance", déclare Luc Voets, le chef du service d’étude du syndicat socialiste flamand (ABVV).

Des employeurs surpris

Les employeurs sont plutôt surpris par ces données. À plusieurs reprises, ils ont averti que le handicap salarial risquait de s’aggraver à cause de l’inflation élevée, qui, via l’indexation des salaires se répercute sur les coûts salariaux. "Je ne pense pas que la tendance allemande va se poursuivre", déclare Paul Soete, le directeur d’Agoria, la fédération de l’industrie technologique. "Les chiffres sont une bonne nouvelle mais ils n’apaisent pas nos craintes."

Geert Vancronenburg, l’économiste en chef de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) est du même avis. "L’indice santé a progressé rapidement ces derniers mois. Je m’attends donc à une augmentation importante du coût du travail belge pour le troisième trimestre. Cela démontre bien qu’il faut une réforme du système d’indexation des salaires."

Le sujet sera très probablement au centre des discussions du prochain gouvernement. Il a été pointé du doigt par la Commission européenne. La Banque nationale prépare également une étude à ce sujet. Et en novembre, le Conseil central de l’économie publie son rapport annuel sur les salaires.

L’index pas mis en cause

Du côté des politiques, on peut s’attendre à ce que les socialistes utilisent ces chiffres pour défendre l’indexation. Alors que les libéraux jugeront que le handicap salarial reste trop élevé et qu’une réforme des salaires est nécessaire.

Selon les chiffres du Conseil central de l’économie, le handicap salarial s’est creusé entre 1996 et 2010 à 3,9%. C’est surtout après 2004 qu’il a déraillé. Aujourd’hui même si la tendance est redevenue positive, le handicap accumulé reste de 3,3%. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés