Les verts taillent un costard au président de la Chambre

Jean-Marc Nollet (à droite), chef de groupe Ecolo à la Chambre présidée par le N-VA Siegfried Bracke (à gauche). ©BELGA

Dans le cadre du groupe "renouveau politique", Ecolo propose un statut sur mesure et strictement encadré pour le président de la Chambre des représentants.

Rien de plus onéreux qu’un tailleur sur mesure, pourtant, dans la boutique verte, cette semaine, c’est moins cher que gratuit. Le groupe Ecolo/Groen dépose en effet sur la table du groupe renouveau politique en place au Parlement fédéral une proposition de loi visant à strictement réglementer la fonction de président de la Chambre – premier personnage de l’État belge dans l’ordre protocolaire.

Cet encadrement est directement inspiré des déboires de l’actuel titulaire de la fonction, le N-VA Siegfried Bracke, qui cumulait un job de conseiller auprès de l’entreprise Telenet avec le perchoir du Parlement. "La présidence de la Chambre n’est pas une fonction comme une autre. Il s’agit d’un rôle extrêmement important au sein de notre démocratie parlementaire. Celle ou celui qui incarne ce rôle doit bâtir des ponts entre la majorité et l’opposition et constituer l’élément moteur d’un constant renouveau politique", notent les verts en préambule.

Ce mardi, le groupe "renouveau politique" se réunit et prendra position sur l’avis rendu par la commission de déontologie à ce sujet – un avis qui prône des règles éthiques très strictes, par exemple en termes de rémunération.

"Nous avons tout en main pour avancer vers davantage de transparence."
jean-marc nollet chef de file ecolo au parlement fédéral

Large soutien

Pour les verts, "le président doit bénéficier d’un soutien plus large, également parmi (au moins une partie de) l’opposition. La candidature et la note de vision doivent remporter une majorité des 2/3 des membres de la Chambre. Cela veut dire que la ou le candidat(e) devra au préalable s’assurer que sa candidature est soutenue par plusieurs formations politiques".

Par ailleurs, ajoute-t-il, "il s’agit d’un emploi à plein temps. La personne doit être indépendante à 100% et doit se tenir tout à fait au-dessus de la mêlée. C’est pourquoi il s’agit d’un mandat exclusif, soumis aux règles de décumul les plus strictes. Le président ne pourra assumer aucun autre mandat public ou privé, même pas celui de conseiller communal". Enfin, sur le registre épineux de la rémunération: "La rémunération reflétera cette importance, tout en restant raisonnable. Nous songeons à l’application de la norme salariale du Premier ministre à la rémunération du président de la Chambre, éventuellement augmentée d’1 euro", note-t-on dans la proposition Ecolo/Groen. Ce qui revient, dans les faits, à amputer le salaire mensuel du patron du Parlement de quelque 5.550 euros net

"Avec notre proposition et avec l’avis de la commission de déontologie, nous avons désormais tout en main pour avancer vers davantage de transparence", expose l’Ecolo Jean-Marc Nollet. Qui note au passage: "Dans la plupart des pays, les avis rendus par les déontologues et/ou les ombudsmen sont repris tels quels par les législateurs, espérons que l’on puisse procéder de la même manière en Belgique et que l’ensemble des formations politiques se plient à cet avis."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés