"Ces variants nous inquiètent": la Belgique resserre la vis face au Covid-19

©EPA

Les voyages non essentiels à l'étranger sont interdits jusqu'au 1er mars. Un nouveau comité de concertation aura lieu le 5 février pour valider une éventuelle ouverture des métiers de contact le 13 février. Ainsi en a décidé le Comité de concertation réuni ce vendredi après-midi à Bruxelles.

La mesure était dans l'air depuis plusieurs jours. Le Comité de concertation réuni ce vendredi après-midi à Bruxelles l'a décidé. Les voyages non essentiels vers l'étranger (et depuis l'étranger) seront interdits du 27 janvier jusqu'au 1er mars. Une amende de 250 euros est prévue pour toute personne contrôlée par la police et qui se trouve en infraction. Il faudra déclarer sur l'honneur que le voyage était essentiel pour pouvoir circuler en toute légalité.

Les voyages à des fins professionnelles et humanitaires ou pour des raisons familiales bénéficieront d'une exception. Les voyages essentiels, qui restent donc permis, sont les suivants:

  1. Les déplacements professionnels.
  2. Les déplacements de frontaliers. Il leur sera autorisé de passer la frontière, mais pour une durée de maximum 48h.
  3. L'aide à une personne dans le besoin.
  4. Les déplacements d'étudiants étrangers, qui rejoignent la Belgique car ils y étudient ou qu'ils rendent visite à leur famille.
  5. Les motifs familiaux, notamment le décès de proches.
  6. Les visites de parents séparés qui ont des enfants en garde partagée vivant dans un pays frontalier.

Cette interdiction des voyages non essentiels était préconisée à l'approche des congé de carnaval, du 15 au 19 février. L'intention des autorités est de réduire la propagation du coronavirus et de ses nouveaux variants - notamment britannique. Plus contagieux, ce dernier semble en outre être lié à une plus forte mortalité, a déclaré le Premier ministre Boris Johnson ce vendredi. En revenant de zone rouge, il faudra respecter une quarantaine prolongée de 10 jours chez soi. Les non-résidents belges, ainsi que les personnes venant du Royaume-Uni, d'Afrique du Sud et d'Amérique du Sud, devront également présenter un test PCR négatif pour entrer sur le territoire. Il faudra faire un second test 7 jours plus tard.

"Ces variants qui se propagent en Europe sont déjà un peu présents dans notre pays. Ils nous inquiètent et nous devons mettre des barrages pour éviter que leur proportion augmente trop vite. Respecter les mesures actuelles est la première chose à faire", a indiqué Alexander De Croo lors de la conférence de presse tenue après le comité de concertation du jour, qui a donc décidé également des mesures supplémentaires. Il a ensuite fortement insisté sur l'obligation de télétravail.

Par ailleurs, les métiers de contact devraient pouvoir rouvrir le 13 février, "si et seulement si la situation le permet" a indiqué le ministre-président wallon Elio Di Rupo. Ils devront respecter des mesures sanitaires très strictes.

  1. Le port du masque FFP2 pour le professionnel.
  2. La prise de rendez-vous obligatoire.
  3. L'attente des clients à l'extérieur, sans possibilité d'organiser une salle d'attente à l'intérieur.
  4. Un test hebdomadaire pour les employés de l'établissement et une prise de température avant chaque service.
  5. Le maintien des fenêtres ouvertes en permanence.
  6. L'interdiction de proposer de la nourriture ou des magazines aux clients.

Les agents immobiliers seraient également concernés par une réouverture le 13/02. Le prochain comité de concertation aura lieu dans deux semaines, le vendredi 5 février. Il sera alors question de confirmer la réouverture des métiers de contact la semaine suivante. "Nous regarderons les chiffres à ce moment-là et une décision finale ne sera prise qu'à ce moment-là", a insisté Elio Di Rupo. Si la situation s'améliore, des perspectives seront aussi possibles pour les secteurs de l'horeca et de la culture.

"Je m'adresse aux jeunes. Nous savons que vous traversez une période difficile. Chacun en a marre du coronavirus. Si vous vivez des situations difficiles, discutez-en. Essayez d'avoir des contacts à l'extérieur. C'est le dernier effort et il faut aller de l'avant, car nous voyons le bout du tunnel", a insisté le Premier ministre.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés