Maggie De Block, critiquée, s'engage

© Belga

Avec les températures négatives, le problème de l'accueil des sans-abri ressurgit. Mais Maggie De Block, face aux critiques, s'est engagée à trouver pour ce mercredi soir un toit pour l'ensemble des demandeurs d'asile.

"Chère Maggie, le droit d'accueil est piétiné": dans une carte blanche publiée mercredi dans Le Soir, le délégué gouvernemental aux places d'accueil, Peter De Roo, interpelle la secrétaire d'Etat chargée de l'asile, Maggie De Block, affirmant que la Belgique ne respecte pas ses propres lois en matière d'accueil des demandeurs d'asile.

Dans cette lettre ouverte, De Roo affirme "ne plus vouloir se taire" et dénonce l'absence de décisions, voire de vision politique de la part de la secrétaire d'Etat.

Pour lui, s'il faut certes agir sur les causes de l'engorgement, la priorité est d'ordre humanitaire: il fallait créer des places d'urgence durant l'hiver. Or c'est l'inverse qui est en train de se produire, des places d'accueil ayant été prolongées mais à durée déterminée.

→ Du côté du cabinet de la secrétaire d'Etat Maggie De Block, on rappelle que "cette crise n'est pas nouvelle" et qu'on "ne peut pas résoudre le problème de l'accueil en quelques semaines".

Philippe Moureaux, le sénateur et bourgmestre de Molenbeek, critique aussi la secrétaire d'Etat Maggie De Block. Il faudra sans doute faire appel aux bonnes volontés pour gérer le problème de l'accueil des sans-abri en ces temps de grand froid, estime le sénateur et bourgmestre de Molenbeek, Philippe Moureaux (PS), qui a regretté l'insuffisance gouvernementale, et particulièrement "l'échec" de la secrétaire d'Etat Maggie De Block (Open Vld).

"Il faut lui donner des circonstances atténuantes mais, par rapport à tout ce qu'on nous a raconté: quand il y aura un seul ministre, tout ira bien, que c'était mal géré avant, et bien le constat, c'est que c'était mieux géré avant. Ce n'est pas un échec et mat mais un échec", a déclaré  Moureaux sur les ondes de Bel-RTL.

Mardi soir, Maggie De Block a annoncé que 60 places étaient libérées à la caserne de Beauvechain pour y loger des personnes sans abri à Bruxelles. "Je crains que, par rapport à tout ce qu'on va connaître, ce soit largement insuffisant. Tous les gens de bonne volonté devront prendre le relais de cette insuffisance gouvernementale", a-t-il souligné.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés