Magnette et De Wever testent les libéraux

©Photo News

Une réunion entre les deux "préformateurs" du gouvernement, le sp.a, le MR et l'Open Vld s'est tenue ce mardi. Tentative de division de la famille libérale.

Les choses avancent pour Paul Magnette et Bart De Wever. Les deux présidents de parti, mandatés par le Roi pour former un gouvernement, invitaient ce mardi les libéraux pour un premier tour de table. Pour rappel, le duo doit rendre un premier rapport intermédiaire le 31 juillet.

Cela va apparemment bien entre PS et N-VA, auxquels le sp.a est venu se greffer. Ils trouvent des convergences sur la relance ainsi que sur l'idée de transformer l'Etat pour le rendre plus efficace. Ils discutent même des postes ministériels à distribuer, entend-on en coulisse.

PS et sp.a s'entendent toujours pour dire qu'il y aurait un "parti libéral de trop" en cas de participation bleue.

La question de la coalition reste centrale. Ce mardi, Magnette et De Wever sondaient donc le MR et l'Open Vld. PS et sp.a sont unis dans cette dynamique et s'entendent toujours pour dire qu'il y aurait un "parti libéral de trop" en cas de participation bleue. L'idée est de ne pas donner l'impression de renforcer la suédoise et de faire pencher le gouvernement le plus à gauche possible. Mais MR et Open Vld affichent leur unité.

Les relations entre le MR et la N-VA se dégradent toutefois depuis plusieurs jours, les ministres MR du gouvernement fédéral ne cachant plus leur ras-le-bol de la gestion sanitaire de Bart De Wever à Anvers. Par ailleurs, avec son style, le président du MR Georges-Louis Bouchez inspire une certaine méfiance et joue la carte belgicaine. Le cdH est toujours en embuscade pour venir appuyer un gouvernement. Cela fait craindre, à l'intérieur MR, un renversement d'alliance en Wallonie et à la Fédération Wallonie-Bruxelles où les libéraux sont associés au PS et à Ecolo et peuvent être remplacés par les humanistes.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés