Masques, horeca, voyages... La Belgique serre la vis face au virus

©Photo News

Le combat contre le coronavirus est loin d'être achevé. Une salve de nouvelles mesures a été présentée par le Conseil national de sécurité (CNS).

L'évolution de la situation sanitaire exigeait de nouvelles actions strictes, ont estimé jeudi les membres du CNS. Tour d'horizon de leurs annonces.

Report de la phase 5

Alors que certains assouplissements étaient prévus le 1er août, il n'en sera finalement rien. Compte tenu de l'évolution préoccupante de l'épidémie, le CNS vient de reporter la phase 5 du déconfinement. Conséquence: les limites maximum de personnes pour les réceptions et les événements avec public, à l’intérieur et à l’extérieur, resteront identiques.

Comme annoncé fin juin, les salles de réception peuvent donc accueillir 50 personnes maximum, tandis que les événements sont limités à 200 participants en intérieur, 400 en extérieur.

Ce report constitue également une mauvaise nouvelle pour les organisateurs des foires et salons, qui ne pourront pas reprendre leurs activités le 1er août. Si la situation épidémiologique le permet, une reprise le 1er septembre est désormais envisagée.

Masques

Déjà obligatoire dans toute une série de lieux, comme les cinémas ou les transports en commun, le port du masque va aussi le devenir dans d'autres dès samedi.

Arborer une protection sera requis dans les marchés, les brocantes, les fêtes foraines, les bâtiments publics et les rues commerçantes.

Concrètement, arborer une protection sera requis dans les marchés, les brocantes, les fêtes foraines, les bâtiments publics et les rues commerçantes.

Plus globalement, le masque devra être porté dans tous les endroits à forte fréquentation, privés ou publics, qui seront déterminés par les autorités communales. Il reste par ailleurs fortement recommandé dans les autres cas, d’autant plus dans les situations où les distances de sécurité ne pourraient pas être respectées.

Horeca

Dans les restaurants et les cafés, les visages masqués vont aussi fleurir puisque cette protection devient obligatoire partout, sauf à table.

Autre nouveauté, les clients devront laisser un numéro de téléphone ou une adresse électronique pour assurer le suivi d'une éventuelle contamination. Les données récoltées devront être détruites après 14 jours et ne pourront en aucun cas avoir une finalité autre que la lutte contre l'épidémie, a souligné la Première ministre, Sophie Wilmès. Un formulaire standard permettant de collecter ces informations devrait être disponible dès samedi sur le site du SPF Economie.

Compte tenu de débordements constatés dans certains établissements (non-respect de la distanciation physique, fêtes interdites...), les contrôles vont aussi être renforcés.

Magasin de nuit

Les magasins de nuit devront quant à eux fermer leurs portes à 22 heures. L'idée de la mesure consiste à contrer la tentation de certains clients de se rendre dans ces magasins après la fermeture des établissements horeca.

Rôle accru des bourgmestres

Au niveau local, les bourgmestres disposeront désormais "de la marge de manoeuvre nécessaire" pour prendre des mesures plus fortes si la situation l'exige, a déclaré Sophie Wilmès.

"Les bourgmestres disposeront de la marge de manoeuvre nécessaire pour prendre des mesures plus fortes si la situation l'exige."
Sophie Wilmès
Première ministre

En d'autres termes, il n'est pas exclu que des lockdowns à échelle réduite soient instaurés. Les autorités locales devront toutefois consulter les Régions et les gouverneurs avant de prendre des mesures de protection supplémentaires.

Les Régions disposent chacune d'un programme d'actions graduelles qui peuvent être entreprises par les bourgmestres en fonction de la situation dans leur entité. 

Voyageurs

Pour les voyageurs, on y voit désormais un peu plus clair. Un formulaire en ligne sera prochainement disponible sur le site des Affaires étrangères. Toute personne voyageant à l'étranger plus de 48 heures devra le remplir à partir du 1er août.

Ce "Passenger Locator Form" vaudra pour tout le monde, indépendamment du moyen de locomotion utilisé.

En ce qui concerne les zones "orange", le CNS recommande toujours une période de quarantaine et un test, des mesures obligatoires pour les voyageurs qui reviennent de zones "rouge".

Bulle sociale

La bulle sociale des 15, soit le nombre de personnes que l'on peut rencontrer chaque semaine, reste inchangée. Attention toutefois, son maintien dépend du respect des règles par tous, a mis en garde la Première ministre.

Dans les maisons de repos en Flandre, les visites restent autorisées mais les contacts physiques entre visiteurs et résidents sont désormais interdits.

15
Contacts rapprochés
Chaque citoyen peut avoir 15 contacts sociaux rapprochés par semaine.

Chaque citoyen doit en outre être capable d’énumérer toutes les personnes avec lesquelles il a eu des contacts rapprochés chaque semaine.

Règles d'or

Outre ces nouvelles mesures, la Première ministre a une nouvelle fois insisté sur le respect des six règles d’or . Ce ne sont "pas des conseils, mais bien des consignes".

Se laver les mains régulièrement, favoriser les activités extérieures, redoubler d'attention en présence d'une personne vulnérable, garder au maximum une distance de sécurité (1m50) en font partie.

Répétées à l'envi, celles-ci ont vraisemblablement été moins suivies ces dernières semaines. Conséquence: le CNS vient de resserrer les boulons.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés