Publicité
Publicité

Mathieu Michel défend une fiscalité avantageuse pour les entreprises à forte croissance

Afin de ne pas les brider, le secrétaire d'État à la Digitalisation estime que les entreprises à forte croissance doivent bénéficier d'une réduction des charges fiscales de 30 à 40%.