Médiateurs: on n'attend rien cette semaine

Entretiens des médiateurs André Flahaut et Danny Pieters avec les 7 présidents de partis. ici, Jean-Michel Javaux (Ecolo)

André Flahaut et Danny Pieters ont commencé mardi leurs rencontres avec les présidents des 7 partis impliqués jusqu'à présent dans une négociation institutionnelle. Les présidents des deux partis écologistes, Wouter Van Biesen (Groen! ) et Jean-Michel Javaux (Ecolo) ont ouvert le bal.

Comme il l'avaient annoncé, André Flahaut (PS) et Danny Pieters (N-VA), les deux médiateurs chargés par le roi de relancer les négociations en vue de la formation du gouvernement, ont commencé mardi leurs rencontres avec les présidents des 7 partis impliqués jusqu'à présent dans une négociation institutionnelle. Les présidents des deux partis écologistes, Wouter Van Biesen (Groen! ) et Jean-Michel Javaux (Ecolo) ont ouvert le bal, suivi de la présidente du cdH Joëlle Milquet.

MM. Flahaut et Pieters rencontreront mercredi la présidente du sp.a Caroline Gennez et le président du CD&V Wouter Beke. Ils devraient ensuite encore rencontrer les présidents de leurs partis respectifs...

Ils auront alors vu les 7 partis dans l'ordre croissant de leur importance à la Chambre.

On ne sait actuellement pas s'ils ont l'intention de prendre d'autres initiatives.

Il semble toutefois que les deux médiateurs devraient encore prendre quelques jours avant de clore leur mission. Dans certains partis concernés, on laissait entendre qu'on n'attendait rien cette semaine. On peut supposer que les contacts sont pris dans les coulisses de cette mission de médiation qualifiée dimanche dernier de "paravent chinois" par l'ancien premier ministre CD&V Marc Eyskens.

MM. Flahaut et Pieters ont été chargés d'une mission de médiateur par le Roi samedi soir après l'échec des négociations menées par le préformateur Elio Di Rupo avec 7 partis en vue d'une future réforme de l'Etat.

Le souverain a pris cette initiative après avoir rencontré lui-même les présidents des 7 partis impliqués jusqu'à présent dans la négociation. Le fait qu'on ait repris un PS et un N-VA pour mener cette mission indique que ces partis veulent tenter une nouvelle fois de parvenir à un accord. La plupart des partis concernés ont en effet dit et répété au cours du week-end qu'on était proche d'un accord.

Depuis l'échec, certains éléments neufs sont toutefois intervenus comme le fait que plusieurs responsables socialistes francophones ont exprimé l'avis que les Wallons et Bruxellois doivent envisager la possibilité de la fin de la Belgique. Plusieurs personnalités francophones ont aussi répété qu'elles s'interrogeaient toujours sur la volonté du président de la N-VA Bart De Wever de conclure un accord.

Par ailleurs, les rumeurs faisant état de contacts entre la N-VA et le MR ont continué a circulé et ont été confirmées lundi. Les nationalistes flamands ont reconnu avoir des contacts avec les Réformateurs, tout en ajoutant qu'ils ne négocient pas avec eux.

Dans le quotidien "Le Soir", le ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcourt déclare mardi matin que les 7 partis veulent effectivement continuer. "Ce groupe a montré qu'il pouvait aller très loin dans un compromis global et équilibré. A la N-VA de montrer maintenant ce qu'elle veut vraiment", dit-il.

Lorsqu'on lui demande "dans quel délai? " il répond : "ca ne peut pas traîner. Je dirais....dans les dix jours".

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés