Michel et Bourgeois, des "andouilles" selon Crombez

©BELGA

Zuhal Demir avait vivement critiqué le CD&V, obligeant Charles Michel à recadrer la jeune secrétaire d'Etat. Le président des socialistes flamands, John Crombez, estime que les comportements des ministres N-VA sont problématiques. Et qualifie le Premier ministre Charles Michel et le ministre-président flamand Geert Bourgeois d'"andouilles".

 

Le président du sp.a, John Crombez, a qualifié tant Charles Michel que le ministre-président flamand Geert Bourgeois d'"andouilles" pour ne pas avoir réussi à rappeler à l'ordre deux membres N-VA de leur équipe de manière satisfaisante à ses yeux. La manière avec laquelle Zuhal Demir a qualifié le CD&V de "nouveau parti des musulmans" ne "mène nulle part au sein d'un gouvernement", a affirmé le président des socialistes flamands à la VRT-radio.

"Elle (Mme Demir) sait très bien qu'elle attire fortement l'attention avec cette déclaration" alors que celle-ci ne contribue pas à faire avancer le fonctionnement (du gouvernement) mais le gêne, en renforçant les oppositions", a expliqué en substance Crombez.

Il a accusé la secrétaire d'Etat nationaliste d'"agir uniquement en vue d'un gain politique".

Selon lui, tant Mme Demir que la ministre flamande des Affaires intérieures, Liesbeth Homans (N-VA également) n'hésitent pas à "diffuser une fausse information pour attirer l'attention", l'une dans le cadre de la politique en matière de discrimination, l'autre en ce qui concerne la lutte contre la pauvreté.

"Elles paralysent le gouvernement (dont elles font partie). A ce moment, les chefs de l'équipe doivent intervenir", a poursuivi M. Crombez. Il a qualifié de faiblarde la réaction du Premier ministre envers Mme Demir en lui disant "tu ne peux plus faire cela".

Ducarme: "la sémantique trumpiste ne sert personne" 

Le chef de groupe MR à la Chambre Denis Ducarme a déploré le recours, par le président du sp.a, au registre de "l'insulte et à la sémantique de Trump", sans toutefois épargner Zuhal Demir. "L'insulte et la sémantique de Trump ne sont pas un modèle", a commenté Denis Ducarme.

"M. Crombez est un homme plutôt raisonnable, mais perdre ainsi son sang-froid ne fait qu'abaisser le niveau politique", estime Denis Ducarme.

Il dit attendre davantage de débat de fond.

A Mme Demir, il lui rappelle sa responsabilité en matière de Lutte contre la pauvreté, une compétence sur laquelle il aimerait qu'elle vienne avec des données de fond. "Ce type de provocation auquel on assiste ne sert personne, ni leurs auteurs".

Le chef de file des réformateurs à la Chambre considère que le Premier ministre a clairement recadré Mme Demir. "Je souhaiterais que l'incident soit clos, plutôt que de tomber dans une cascade d'insultes", a-t-il commenté.

Le CD&V a estimé pour sa part que l'incident Demir n'était pas clos, la secrétaire d'État n'ayant pas présenté les excuses souhaitées par les chrétiens-démocrates.

Charles Michel recadre Zuhal Demir

Zuhal Demir avait accusé le président des démocrates-chrétiens flamands Wouter Beke de considérer les musulmans comme du "bétail électoral". Elle déplorait notamment que Beke n'ait pas recadré certains membres de son parti ayant pris des positions qu'elle considère favorables au président turc Erdogan.

Wouter Beke, président du CD&V, a estimé ces déclarations "inacceptables" et "dépassant les limites". Et d'autres partis se sont empressés de condamner ces propos et de s'inquiéter de tels échanges entre partis de coalition.  Le Premier ministre Charles Michel a lui-même rappelé la secrétaire d'Etat à l'ordre, via un appel téléphonique. 

La N-VA devenue il y a quelques semaines secrétaire d'Etat à la Lutte contre la pauvreté, à l'Egalité des chances, aux Personnes handicapées, et à la Politique scientifique en remplacement d'Elke Sleurs, a posté dimanche soir sur Twitter: "J'accepte les critiques du Premier ministre", a finalement posté dans la soirée, peu après 23h00, Zuhal Demir. "Le rôle de secrétaire d'Etat n'est pas celui d'un parlementaire", admet-elle, semblant ainsi reconnaître que sa nouvelle fonction au sein du gouvernement appelle à davantage de diplomatie. "En ce qui me concerne, l'incident est clos".


Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés