Nette hausse des coûts salariaux en Belgique

©BELGA

Les charges salariales ont augmenté plus rapidement en Belgique que dans les pays voisins, au cours du 2e trimestre 2013. Et cela malgré le gel des salaires.

Le coût du travail  a augmenté de 0,9% au deuxième trimestre sur un an, contre une hausse de 1,7% (chiffre révisé) au trimestre précédent, selon des données publiées lundi par Eurostat. Les salaires ont quant à eux augmenté de 1,1% sur la période, contre 1,8% au premier trimestre.

Mais la Belgique fait piètre figure dans la moyenne européenne avec une hausse moyenne des coûts salariaux  2,2%, malgré le gel des salaires décidé par le gouvernement. C'est dans le secteur de la construction (+2,5%) ainsi que dans l'industrie et les services (+2%) que la hausse est la plus marquée.

A titre d'exemple, en Allemagne, le coût salarial a augmenté de 1,8%, mais il a diminué de 0,3% aux Pays-Bas et de 0,5% en France.

 La FEB (Fédération des entreprises de Belgique) a réagi avec inquiétude aux chiffres dévoilés par Eurostat.


 La FEB s'inquiète particulièrement de l'évolution moins forte constatée dans les pays voisins, notamment en Allemagne où le coût salarial n'a cru "que" de 1,8%. "On s'attendait à une hausse beaucoup plus importante du coût salarial allemand, mais il apparaît aujourd'hui qu'il se limite à 1,8%", explique M. Vancronenburg. "C'est très inquiétant". Sur base de ces chiffres, la FEB estime que les mesures prises par le gouvernement fédéral (le gel des salaires hors index et barèmes) sont insuffisantes. "Les salaires augmentent encore trop vite".


 Plaidant pour un pacte de compétitivité, la FEB pointe plusieurs mesures supplémentaires nécessaires selon elle. Elle réclame notamment

  • un débat sur une diminution linéaire des charges et
  • un système salarial moins rigide.

Et estime que le mécanisme d'indexation automatique des salaires doit à nouveau être discuté.


A savoir

Selon une étude du consultant Hay Group, le salaire de base d'un travailleur belge moyen a augmenté de 2,4% entre le 1er juillet 2012 et le 1er juillet 2013. Il s'agit de la plus faible hausse en trois ans. La moitié de cette augmentation est la conséquence de l'indexation automatique des salaires, l'autre moitié étant liée aux augmentations barémiques.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect