33 patrons signent une lettre anti-élections

Ingrid Ceusters, CEO du groupe d'immobilier professionnel Hugo Ceusters, fait partie des trois instigateurs de ce projet de lettre ouverte.

Face au blocage au Fédéral, 33 patrons du nord et du sud du pays sortent la plume. Objectif? Aboutir rapidement à du concret. Qu'un retour aux urnes ne ferait qu'éloigner.

En règle générale, les entreprises ne s'expriment que rarement de manière ouverte sur la politique. Car ce n'est pas bon pour les affaires. Et puis, pour cela, il y a la FEB et Pieter Timmermans, qui font le job.

Mais voilà. Cette fois, la situation du pays le demandait. Impossible de rester silencieux donc. "On peut regarder longtemps une situation, mais à un moment, quand elle ressemble à un élastique sur lequel on tire dangereusement et sur le point de casser, il faut faire entendre sa voix", avance Saskia Van Uffelen (Gfi), "Digital Champion" à l'Europe pour la Belgique.

Trente-trois patrons ont donc sorti la plume et contresigné une lettre ouverte au vitriol, adressée en direct aux négociateurs fédéraux. "Il y a aujourd'hui trop d'inconnues dans nos équations, ce qui rend difficile d'avancer dans nos activités".

Parmi les signataires, l'on retrouve notamment Jean-Jacques Delmée (Eneco), Olivier Carette (UPSI), Luc Priem (G4S Belgium), Dirk Lindemans (Lindemans Brewery), Wouter Torfs (Schoenen Torfs), Johan Krijgsman (ERA Belgium) ou encore Heidi De Pauw (Child Focus). Rassemblés sous l'impulsion d'Ingrid Ceusters (Hugo Ceusters), de Jo De Wolf (Montea ) et de l'ex-patronne d'Ericsson Belux.

À cause de l’incertitude régnante, nous stagnons littéralement. Et stagner signifie - à terme - régresser.
Les chefs d'entreprises signataires

"Incertitude effroyable"

Ce qu'ils demandent, en substance? D'accélérer les négociations, après 270 jours déjà sans solution. Et d'oublier l'idée de nouvelles élections, "coûte que coûte". En effet, un retour aux urnes n'offrirait "aucun espoir d’amélioration" et "nous ne ferions que perdre un temps très précieux".

Et pour cause, "en l’absence de nouveau gouvernement fédéral, nos entreprises évoluent dans une incertitude effroyable". Or "il n'y a rien de pire", pestent en cœur les patrons. "Quelles seront les répercussions financières de la future politique climatique fédérale pour nos entreprises? Quels investissements les entreprises devront-elles prendre à leur compte et quels incitants seront mis en place par le futur gouvernement? Quelle politique devons-nous instaurer au sein de nos entreprises, en termes de mobilité? À cause de l’incertitude régnante, nous stagnons littéralement. Et stagner signifie - à terme - régresser".

Leadership conciliant requis

Alors, que faire? La solution est simple: pourquoi ne pas s'inspirer du mode de fonctionnement des créateurs de valeur privés? Après tout, "tout ne va pas toujours de soi non plus dans les entreprises", écrivent les auteurs. "L’obsession de la réflexion à court terme freine aussi les conseils d’administration". Sauf que les patrons, eux, ont "changé leur fusil d’épaule ces dernières années, en passant d’un leadership dominant et autoritaire à un leadership plus confiant et conciliant. Non seulement cela a porté ses fruits au niveau des entreprises, mais cela a également servi la société dans son ensemble".

Si la Belgique était une entreprise, elle aurait déposé le bilan depuis longtemps.

Ce qui ne serait pas du luxe, car ne vous méprenez pas. Oui, "notre croissance économique de 1,4% en 2019 n'est finalement pas si médiocre" et "résulte en grande partie de la politique 'jobs, jobs, jobs' menée par le gouvernement Michel, des faibles taux et de l’assouplissement budgétaire de ses derniers mois". Ce qui "pourrait faire croire qu’il n’y a pas d’inquiétudes à avoir". "Mais rien n’est moins vrai", préviennent les CEO. "Si la Belgique était une entreprise, elle aurait déposé le bilan depuis longtemps."

Et de conclure, de façon plus utopiste: "Commençons dès à présent à préparer notre économie pour 2030. Le pays et ses entreprises vous en seront infiniment reconnaissants".

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés