Paul Magnette ouvre à nouveau le jeu au CD&V, qui campe sur ses positions

Paul Magnette ©Tim Dirven

L'informateur royal a rencontré des représentants du cdH et du CD&V jeudi. Mais les chrétiens-démocrates flamands conservent leur ligne d'action. Le négociateur du parti Koen Geens estime toujours que la N-VA doit recevoir sa chance dans le processus de formation.

À trois jours du prochain rapport au Roi de l’informateur Paul Magnette, l’expectative règne toujours sur le Fédéral même si le climat ambiant, marqué par les fuites nombreuses et des luttes intestines à l’Open Vld, laisse penser que sa mission touche à sa fin. C’est dans ce contexte que se confirmaient jeudi de nouveaux contacts avec le cdH et le CD&V.

Seule la N-VA semble être pour l'instant exclue des discussions avec Paul Magnette.

Pour rappel, samedi, le président du PS a réuni les six partis de l’arc-en-ciel (PS, sp.a, MR, Open Vld, Ecolo, Groen), ce qui a provoqué la fureur de la N-VA et du CD&V. Une nouvelle réunion à six s’est tenue mercredi soir autour d’une note budgétaire. Ces démarches accréditent l’idée que Paul Magnette ne fait rien d’autre que de mettre en piste une coalition arc-en-ciel prônée par le PS depuis des mois, mais dont la majorité ne tient qu’à un siège et nécessiterait l’appui soit du CD&V, soit du cdH.

Lire aussi | La sortie du CD&V donne un poids nouveau au cdH

Le CD&V n'en démord pas

Pour Le CD&V, la N-VA doit recevoir sa chance dans le processus de formation d'un gouvernement fédéral. C'est ce qu'a confirmé ce vendredi matin le négociateur des chrétiens-démocrates flamands Koen Geens sur les ondes de la VRT. Le CD&V ne peut pas prendre un virage sans la N-VA à l'heure actuelle, estime le ministre de la Justice. "Pour la stabilité du pays, il est important d'avoir une majorité côté flamand", martèle-t-il, alors qu'une coalition arc-en-ciel serait largement minoritaire dans le groupe linguistique néerlandophone.

Le CD&V dit éprouver des difficultés tant concernant le contenu de la note de l'informateur que sur la manière dont les pourparlers sont menés. La liberté laissée au Parlement pour avancer sur les dossiers éthiques ne convient pas non plus au parti, qui préférerait que les décisions restent à l'initiative du gouvernement.

Lire aussi | La mission de Paul Magnette tangue mais ne chavire pas

La N-VA ne joue pas le jeu

D’après certaines sources, l’informateur n’avait plus eu de contact direct avec le CD&V depuis le 15 novembre. Paul Magnette a demandé aux dix partis associés à l’information royale de répondre à une note de travail. Tous "ont joué le jeu de manière constructive sauf la N-VA", qui se serait contentée de faire parvenir une nouvelle liste de revendications, entend-on.

Officiellement, le processus se poursuit donc à 9 partis. Ce vendredi, le CD&V doit élire son nouveau président alors que l’Open Vld se déchire sur l’opportunité ou non de monter dans une coalition arc-en-ciel, pourquoi pas en héritant du poste de Premier ministre.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n