Publicité
Publicité
epinglé

On n'est pourtant pas si mal, au Club Med

Charles Michel ©EPA

Ce jeudi, l'info comme quoi le budget belge avait été recalé par la Commission européenne a largement circulé. Sauf qu'il n'en est rien, l'Europe n'ayant pas encore pris de décision officielle.

Que d’émoi pour un courrier! Ainsi, comme l’écrivait ce jeudi le Tijd, la Belgique aurait reçu une missive émanant des services de la Commission européenne. Disant, en substance, que la Belgique n’en fait pas assez afin de remettre son budget à flot – enfin, du moins, selon les standards européens. Pareil message aurait été expédié à l’Espagne, la France, l’Italie et le Portugal, ironiquement et péremptoirement surnommés les pays "Club Med", parce qu’ils se la coulent douce, ces fainéants.

La Belgique est censée soigner son déficit structurel à hauteur de 0,6% du PIB par an.

Le hic, c’est que le gouvernement Michel n’a toujours rien reçu. Et si la Commission a effectivement l’habitude de prendre la plume à cette période, c’est surtout pour demander des éclaircissements aux États membres.

Alors le Premier ministre Charles Michel a dégainé son panneau "fake news", disant que la veille encore, Jean-Claude Juncker himself le félicitait pour le caractère flamboyant de sa copie budgétaire. Et le grand argentier Johan Van Overtveldt s’est indigné d’être jeté dans le même sac que tous les fainéants cités plus haut.

La décision, politique cette fois, devrait être prise au printemps 2019.

Voilà pour le show. Au final, rappelons que non, l’Europe n’a pas encore pris de décision officielle quant au budget belge. La première étape est attendue pour le mois de novembre. Même s’il est déjà possible de la coucher sur le papier. La preuve: il sera écrit que le budget belge présente un risque d’une "déviation significative". Sans blague: la Belgique est censée soigner son déficit structurel à hauteur de 0,6% du PIB par an. Et ces deux dernières années, elle a progressé de 0,4%. C’est bien cela: 0,4% au lieu de 1,2%.

Tout ceci ne rime pas forcément avec sanction. La décision, politique cette fois, devrait être prise au printemps 2019. Et à ce petit jeu, la Belgique ferait bien de ne guère prendre de haut ce fameux Club Med. Bah oui: outre les réformes menées par Michel, c’est aussi parce qu’une brochette de pays font nettement moins bien qu’elle que la Belgique a, jusqu’ici, échappé à la sanction. Le Club Med, c’est pas si mal, au final.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés