interview

"On ne juge pas une politique migratoire, on la subit"

Mehdi Kassou, porte-parole de la plateforme citoyenne pour l'accueil des réfugiés.

Mehdi Kassou, porte-parole de la plateforme citoyenne pour l'accueil des réfugiés, affirme que chaque soir, entre 350 et 370 personnes doivent être hébergées. Une majorité le sont auprès de citoyens.

Mehdi Kassou, porte-parole de la plateforme citoyenne pour l'accueil des réfugiés, est très virulent face à la politique migratoire de Théo Francken. "On ne juge pas une politique, on la subit. Elle fait des dégâts", lance-t-il sur les ondes de Bel RTL.

La plateforme dispose depuis hier d'un centre de 80 places mis à la disposition par la ville de Bruxelles. Toutefois, hier encore c'étaient 370 personnes qu'il a fallu loger. Quelque 270 d'entre elles ont été hébergées auprès de citoyens. Une situation, qui selon Mehdi Kassou n'est pas "normale".

"Si le noyau est au parc Maximillien, des familles hébergent des migrants aussi à Liège, Andenne, Gand, Anvers, Mons, Ath, Soignies..." Il affirme qu'au total, c'est plus de 25.000 personnes sur Facebook qui se relaient pour loger, habiller, transporter, nourrir ces personnes depuis le parc Maximilien.

Des actes de citoyenneté, qui chez nous, contrairement à la France, ne sont pas illégaux. Il est en effet possible en Belgique d'héberger, de nourrir, de transporter une personne en situation irrégulière tant que la situation humanitaire prévaut.

Quant aux migrants, Medhi Kassou affirme que si, il y a 4 mois, les gens n'étaient pas là pour demander l'asile en Belgique, la situation a évolué. "La confiance s'est accrue et l'information est plus complète."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content