Paul Magnette en route vers L'Europe... ou pas

©BELGA

Le PS place ses cartes en vue des prochaines échéances électorales. Fort de sa résistance au CETA, le traité de libre-échange entre Europe et Canada, Paul Magnette tirera donc la liste socialiste européenne. Mais ne siégera pas s'il est élu.

"Le PS se met en ordre de marche pour les élections." Elio Di Rupo, qui s'était déjà déclaré tête de liste pour les fédérales de 2019, complète donc son échiquier politique.

À l'Europe, ce sera l'actuel bourgmestre de Charleroi, Paul Magnette. "En tant que spécialiste des matières européennes, Paul connait remarquablement les enjeux européens. Il a aussi porté l'offensive contre le CETA (l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada, NDLR). Cette candidature va-t-elle changer quelque chose pour Charleroi. Au micro de La Première, l'intéressé ajoute d'emblée que s'il était élu, il ne siégerait pas à Strasbourg pour rester à la tête de la ville hennuyère. "Je veux être très clair, je resterai bourgmestre comme je l'avais annoncé" lors de la campagne pour les élections communales, a précisé Magnette, favorable au décumul.

"Je veux être sur cette liste pour porter les valeurs et les projets du PS, mais je ne cherche pas un mandat."


Une autre corde s'ajoute à son arc."Il endossera aussi le costume de porte-parole de campagne. Il sera ainsi tout au long des prochains mois aux côtés d'Elio Di Rupo "pour porter justement la parole et les informations."
Doit-on y voir, pour Paul Magnette, une étape avant la présidence du PS? Interrogé sur les ondes de Bel RTL, Elio Di Rupo lance: "Je lui souhaite, mais ce sont les militants qui décideront."

→ Jean-Claude Marcourt et Rudy Demotte prendront, eux, les têtes des listes socialistes en région.

En effet face à la crise politique que connaît actuellement la Belgique, Elio Di Rupo affirme que le "PS est le seul parti crédible et alternatif au gouvernement". "Nous devons tout faire pour avoir un gouvernement progressiste et éviter la N-VA." Pour le président du PS, la N-VA est à la cause d'une "déchirure sociale".

Pour Paul Magnette, il faut "refuser de collaborer avec la N-VA comme on doit refuser de le faire avec le Vlaams Belang."

Mais comment se positionne le PS dans cette crise? En refusant au gouvernement d'endosser le Pacte des Nations unies sur les migrations, la N-VA "démontre une fois de plus son pouvoir exorbitant" sur l'exécutif Michel. "Il n'y a plus de gouvernement quand le Premier ministre se voit interdire de représenter ce gouvernement", a ajouté Paul Magnette.
Le PS s'est abstenu de voter hier en Commission de la Chambre. "Nous voulons entendre les explications du Premier ministre. Si cet après-midi, elles sont convaincantes, nous voterons pour la résolution. Si pas, nous nous abstiendrons." 

Interrogé sur la légitimité du voyage de Charles Michel à Marrakech, il ajoute que nous naviguons en pleine "technique politique". "Certes le Parlement contrôle le gouvernement, mais c'est le gouvernement qui doit envoyer un Premier ministre. Charles Michel aura donc le soutien du Parlement, mais pas du gouvernement. Quid de ce gouvernement, donc?"    

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content