analyse

Paul Magnette informateur, stop ou encore?

©Photo News

Le président du PS Paul Magnette a rendez-vous au palais royal lundi soir pour ce qui pourrait être son dernier rapport au Roi.

Stop ou encore? La question devrait rester en suspens tout le week-end. Ce lundi, Paul Magnette, nommé informateur le 5 novembre, a rendez-vous avec le palais royal pour ce qui pourrait être son dernier rapport au Roi. Pour rappel, le président du PS a été jeté dans l’arène après une brève tentative de rapprochement entre N-VA et PS – les deux premiers partis du Parlement – menée par les préformateurs Rudy Demotte (PS) et Geert Bourgeois (N-VA). Sa mission: dégager les convergences pour jeter les bases de la formation du gouvernement fédéral, bloquée depuis les élections du 26 mai.

Une mission qui avait plutôt commencé dans le panache avec l’exposé à la presse d’une "nouvelle méthode" axée sur le contenu et non plus sur les coalitions alors que nombre de partis étaient soit en pleine élection interne soit encore en train de cicatriser les plaies de la défaite aux élections. Voire les deux. Cette méthode a été nourrie par un important travail donnant naissance à des notes de convergences. Cette belle dynamique a commencé à s’enrayer le week-end dernier avec les premières fuites dans la presse de certains éléments des notes Magnette. Pour se dégrader largement durant la semaine écoulée à mesure que la presse révélait des pans entiers des résultats des entrevues menées par l’informateur avec les dix partis: N-VA, PS, sp.a, MR, Open Vld, Ecolo, Groen, cdH, CD&V et DéFI. Très vite a été mise au jour une réunion avec les six partis de la coalition arc-en-ciel, associant les familles socialiste, libérale et écologiste, soit la base de la majorité souhaitée ouvertement par le PS depuis des mois. C’est peu dire, cette volonté a crispé au nord du pays, échaudé par les orientations très gauchisantes des notes Magnette.

L’Open Vld implose

"Pour la stabilité du pays, il est important d’avoir une majorité côté flamand."
koen Geens
négociateur CD&V

L’affaire fait aujourd’hui littéralement imploser l’Open Vld, soumis à des tensions internes quant à l’opportunité de monter dans un pareil attelage. Vu le contexte, Paul Magnette a accéléré les choses avec une nouvelle réunion à six mercredi avant de réorganiser une réunion avec le CD&V vendredi. L’arc-en-ciel n’ayant qu’un siège de majorité, il apparaît clair qu’un septième partenaire au moins devrait être associé à cette formule. On pense au CD&V et au cdH. Dans les deux cas de figure, la coalition n’aurait pas de majorité dans le groupe linguistique flamand à la Chambre.

Où en est-on? La N-VA est de plus en plus clairement sortie du jeu. Et le CD&V a réaffirmé vendredi que "pour la stabilité du pays, il est important d’avoir une majorité côté flamand". Dixit Koen Geens négociateur du parti. Pour lui, la N-VA doit à nouveau se voir offrir une chance de relancer le processus de formation du gouvernement. Le CD&V se plaint du contenu de la note, d’avoir été exclu des discussions multipartites et de voir des majorités se former au Parlement pour voter des textes qui ne sont pas appréciés (sur l’avortement surtout). à l’Open Vld, pas énormément d’enthousiasme à l’égard de la note Magnette non plus. Et une lutte intestine qui oppose la présidente Gwendolyn Rutten, poussant pour l’arc-en-ciel avec en ligne de mire le 16 rue de la Loi, et le vice-Premier Alexander De Croo qui incarne la droite et le leadership fédéral du parti.

Côté francophone, la discrétion est de mise, sauf peut-être au MR dont le nouveau président exprime, dans nos colonnes ce samedi, les plus vives réticences à l’égard du contenu de la note Magnette, en n’excluant nullement de travailler à nouveau avec la N-VA.

Bref, l’option arc-en-ciel de Paul Magnette a une solide dose de plomb dans l’aile. Vendredi, on ne savait pas si l’informateur confirmerait son intention parfois évoquée de rendre son tablier au Roi. Sa démission peut être acceptée, refusée, laissée en suspens. Et suivie éventuellement de la nomination d’un nouveau médiateur. N-VA, comme le veut le CD&V? L’Open Vld, comme le proposent certains? Patience. La mission de Paul Magnette peut également être prolongée pour lui laisser le temps de convaincre six, sept ou huit partis de creuser davantage les convergences identifiées jusqu’ici. Sans doute, pour une partie de l’Open Vld et le CD&V, faudra-t-il mouiller davantage la N-VA pour bien montrer à l’opinion publique flamande que toutes les pistes ont bien été expérimentées.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n