Paul Magnette: "Je crois qu'on doit vraiment faire confiance au CD&V"

©Photo News

Le président des socialistes francophones était sur le plateau de Jeudi en prime. Paul Magnette a confiance en le CD&V et espère qu'une bonne nouvelle sera annoncée au Roi ce vendredi.

Le mot "Avanti" est dans toutes les bouches. Ce jeudi soir, dans "Jeudi en Prime", le président des socialistes s'exprimait, avec un sourire, précisons-le. "Avec le mot 'Avanti', on peut difficilement comprendre autre chose que: 'Allons-y' et partons avec ces 4 familles politiques", embraye Paul Magnette. Dans ce mot, il aime y comprendre: "Essayons vraiment d’aboutir, il reste seulement quelques jours avant le 17 septembre."

"Je pense que quand il y a eu un long débat interne dans un parti politique et quand le président du parti va dans la plus célèbre émission de télévision flamande (Terzake, NDLR) pour dire que cette fois-ci nous voulons aller de l'avant et ce qui compte pour nous, c'est le programme, je pense qu'on doit vraiment leur faire confiance", précise le président socialiste.

"J'espère vraiment que dans les prochaines heures et d'ici demain, Egbert Lachaert pourra se rendre chez le Roi avec une bonne nouvelle."
Paul Magnette
Président du PS

Concrètement, les choses avancent. Ce vendredi, le chargé de mission royale, le président de l'Open Vld Egbert Lachaert est attendu au Palais. Les partis ont des contacts continus, précise Paul Magnette. "Je peux le dire, les quatre familles politiques se voient. Cela ne veut pas encore dire que nous sommes prêts. Mais on se voit, on discute, on n'a pas encore démarré mais j'espère vraiment que dans les prochaines heures et d'ici demain, Egbert Lachaert pourra se rendre chez le Roi avec une bonne nouvelle."

Ces huit partis représentent les familles socialistes (PS et sp.a), libérales, (MR et Open Vld), écologistes (Ecolo et Groen) et centristes-chrétiennes démocrates (cdH et CD&V).

"Mais si c'était simple, ça ferait longtemps qu'on aurait un gouvernement"
Paul Magnette
Président du PS

Selon plusieurs sources, la réunion qui s'est tenue jeudi a été difficile. Deux points semblent crisper les partenaires potentiels, la loi sur la dépénalisation de l'avortement d'une part, et la sortie du nucléaire d'autre part. Car oui, on le sait, il reste des points difficiles. ""Tout le monde sait que des sujets comme l'avortement, le nucléaire, les questions fiscales ou de l'avenir de la sécurité sociale sont très sensibles. Mais si c'était simple, ça ferait longtemps qu'on aurait un gouvernement", a souligné Paul Magnette.

Le président du PS dit avoir fait preuve d'ouverture sur la question de l'IVG. "Ce que demande M. Coens (président du CD&V), c'est qu'il y ait du respect mutuel et qu'il y ait une volonté de travailler ensemble sur un texte. Il ne dit pas que l'on ne peut parler de rien. Nous devons faire en sorte que le droit des femmes soit garanti et renforcé sans qu'il y ait des blessures entre les uns et les autres", a-t-il ajouté, exprimant son souhait de voir le travail se poursuivre au Parlement.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés