Paul Magnette: "Nous étions très proches d'un progrès social significatif"

©Tim Dirven

Pour le président des socialistes, le contenu de l'accord avec Bart De Wever sur le front environnemental était presque le même résultat qu'en novembre, lorsque le président du PS avait voulu lancer une coalition avec les libéraux et les verts.

Lors des négociations avec la N-VA, de nombreuses revendications sociales du PS ont été satisfaites "contre toute attente". C'est ce que le président Paul Magnette a déclaré ce vendredi lors d'un "live Facebook" avec les militants.

Magnette a rappelé les revendications du PS dans le cadre de la formation du gouvernement fédéral : augmentation des pensions à 1.500 euros, augmentation des salaires les plus bas, refinancement des soins de santé, augmentation des allocations sociales les plus basses jusqu'au seuil de pauvreté et financement à long terme de la sécurité sociale.

"Contre toute attente, nous avons pu convaincre la N-VA avec nos camarades socialistes du nord que des progrès devaient être réalisés dans tous ces domaines. Nous avons été entendus pour la plupart, nous étions très proches d'un progrès social significatif pour notre pays", a déclaré Magnette en revenant sur sa tentative de formation avec le président de la N-VA, Bart De Wever.

Facebook Magnette

Cependant, Magnette a dû conclure que "ni les libéraux ni les Verts ne voulaient continuer dans cette direction". Selon Magnette, ce qui était sur la table sur le front environnemental était presque le même résultat qu'en novembre, lorsque le président du PS a voulu lancer une coalition avec les libéraux et les verts. Il n'a pas dit un mot sur la préservation d'une capacité nucléaire, qui selon De Wever figurait également dans le projet d'accord.

Les négociations avec les nationalistes flamands portaient également sur les réformes institutionnelles. Ce n'est pas la priorité du moment, reconnaît Magnette, mais "à un moment donné, avant 2024, nous devons nous préparer à mettre de l'ordre en Belgique".

"Si l’on a rien le 17 septembre, on votera fin octobre-début novembre", a également affirmé Paul Magnette

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés