Paul Magnette: "On peut envisager de gouverner avec la N-VA"

Paul Magnette, président du PS. ©EPA

Le PS peut envisager de gouverner avec la N-VA, a déclaré le président des socialistes Paul Magnette ce mardi soir.

"On peut envisager de gouverner avec la N-VA. Ce qui compte, c'est le contenu", a déclaré ce mardi le président des socialistes francophones, Paul Magnette, sur le plateau de LN24. "Je ne peux pas envisager une seconde de faire avec la N-VA ce qui a été fait par le gouvernement précédent", a-t-il ajouté.

Le PS ne participe pas pour le moment aux discussions en vue de mettre sur pied une coalition "Arizona" menée par les présidents du MR, de l'Open Vld et du CD&V, au contraire du sp.a, son alter ego flamand. Ce n'est pas un choix, à entendre M. Magnette. "On a par essence le sens des responsabilités. On n'est pas là juste pour protester, ce qui nous distingue d'autres partis à gauche. On est là pour faire des propositions et une fois qu'on les a faites, on se bat. On a peut-être les mains sales mais au moins on a des mains, au moins on se bat pour changer la vie des gens. Par essence, on ne va jamais faire le choix de l'opposition", a-t-il fait remarquer.

"Ce reste de gouvernement n'a pas bien travaillé. Si c'est pour faire la même politique que pendant les 5 années passées, je préfère qu'il ne fasse rien."
Paul Magnette

L'"urgence" d'avoir un gouvernement se mesurera à la rentrée. Mais, aux yeux de Magnette, il vaut encore mieux pas de gouvernement qu'un mauvais gouvernement. Le président des socialistes porte à ce titre un regard très critique sur l'action menée par le "reste de gouvernement" actuel. "La crise n'a pas eté, objectivement, bien gérée par le gouvernement fédéral", a-t-il lancé, en rappelant les difficultés qui ont entouré l'approvisionnement en masques. "Ce reste de gouvernement n'a pas bien travaillé. Si c'est pour faire la même politique que pendant les 5 années passées, je préfère qu'il ne fasse rien".

Le président du PS a entrouvert la porte à une discussion sur une réforme de l'Etat. "Historiquement, il y a un seul point où, entre socialistes et nationalistes, il y a débat, c'est la réforme de l'Etat. On voit bien que l'Etat ne fonctionne plus aujourd'hui, le découpage des compétences est d'une complexité hallucinante", a-t-il souligné avant de se prononcer en faveur d'un "découpage clair" par lequel telle compétence serait à 100% régionale ou à l'inverse remonterait à l'échelon fédéral.

A l'heure où les partis de l'éventuelle coalition "Arizona" se déchirent sur la question de l'avortement, M. Magnette s'est voulu clair: "Je refuserai toujours d'en faire une question d'accord de gouvernement".

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés