Pour le CD&V, c'est au tour de la N-VA de se mouiller

©BELGA

Pieter De Crem, le ministre de l'Intérieur, a donné son avis sur la note qui a été rendue par l'informateur royal Paul Magnette au Roi. Certains points le mettent hors de lui. Il appelle la N-VA à prendre l'initiative de former un gouvernement fédéral.

L'informateur royal Paul Magnette oeuvre maintenant depuis plusieurs semaines à des convergences entre les partis sur une série de thèmes. Début de semaine, le socialiste a établi une note articulée autour de huit chapitres: pacte national pour le plein emploi et le bien-être au travail, soutien à l'esprit d'entreprise et à la productivité, transition durable, cohésion sociale, soutien aux politiques de santé et en faveur des personnes handicapées, sécurité (y compris la justice et la lutte contre le terrorisme), asile et migration et modernisation de l'État. 

Les discussions sur l'IVG menées actuellement à la Chambre ont également du mal à passer du côté du CD&V.

Cette note ne fait pas que des ravis. Ce vendredi, c'était au tour du ministre CD&V Pieter De Crem de s'exprimer. "Certains points de la note de Paul Magnette restent inacceptables", a-t-il affirmé dans l'émission De Ochtend, sur Radio 1. Le chrétien démocrate flamand pointe notamment les sujets comme le retour sur l'âge de la pension ou l'octroi d'une indemnité aux travailleurs du privé qui démissionnent. "Quand ces mesures seront répercutées en Flandre, je pense qu'on sera arrivé au bout du rouleau", estime encore Pieter De Crem.

Dans sa note, Paul Magnette explique vouloir commencer par un relèvement des pensions minimales à 1.500 euros nets (carrière complète) pour les indépendants, les fonctionnaires et les salariés. Coût total? 1,2 milliard d’euros. Si un maintien pourrait prévaloir pour l’âge actuel d’accès à la pension légal, la condition de carrière complète pourrait passer à 42 ans.

L'IVG passe mal

Par ailleurs, les discussions sur l'IVG menées actuellement à la Chambre ont également du mal à passer du côté du CD&V alors que les partis d'une éventuelle coalition arc-en-ciel, soutenus par le PTB, font cause commune pour réformer la loi sur l'avortement.

Rappelons-le, la révision de la loi sur l'avortement a été postposée d'au moins deux semaines. En cause, le fait que, après s’être étonné du manque de concertation, d’invitation et d’information de la part des partis à la manœuvre pour chercher un compromis large, le CD&V a demandé une deuxième lecture du texte. Avec pour effet d’en reporter l’examen (et son possible vote).

La N-VA doit intervenir

La question est de savoir si Paul Magnette peut encore convaincre les libéraux et les chrétiens-démocrates flamands. Rappelons toutefois que sa mission a été prolongée jusqu'au 9 décembre. Mais du côté de la rue de la Loi, des bruits courent, certains se demandent si Paul Magnette continuera son rôle jusqu'à cette date-là. Selon Het Laatste Nieuws, Theo Francken aurait dit que la balle était dans le camp de Paul Magnette, mais vu la position de l'Open VLD, il ne sait pas si l'informateur tiendra.

Pieter De Crem s'est exprimé publiquement à ce sujet. Il estime désormais que c'est à la N-VA de prendre l'initiative de former un gouvernement fédéral. Mais cette piste a été évoquée ce vendredi matin dans la presse flamande et sur le plateau de la VRT ce jeudi soir, le ministre de la Justice Koen Geens a également poussé pour que la N-VA entre dans le jeu des négociations, que le parti s'entende avec le PS. Ce qui est clair, c'est que les libéraux flamands demandent de plus en plus que Paul Magnette soit accompagné par un N-VA, Bart De Wever cité en premier.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect