Pourquoi le CD&V avance à reculons

La sortie de Pieter De Crem a à nouveau plongé son parti dans le doute. ©BELGA

L'IVG est avant tout un symbole. Le fond du problème est stratégique: le CD&V est tiraillé en interne et ne sait pas comment stopper l'hémorragie parmi ses électeurs.

Le CD&V est un peu le talon d’Achille de cette coalition Vivaldi. Au moment où le processus de formation gouvernementale s’accélère, Pieter De Crem, une des figures de l’aile droite du parti, est sorti du bois en faisant savoir dans la presse flamande que son parti n’a rien à faire dans une coalition de centre gauche. Il se targue au passage d’être le porte-voix d’un grand nombre de mandataires locaux. Ceux-ci sont réunis au sein d’un groupe Whatsapp qui ne cesse de presser de questions le président Joachim Coens sur ses intentions au sein de la Vivaldi.

Lors d’une réunion avec les députés du groupe CD&V à la Chambre jeudi, réunion à laquelle Coens et De Crem ont participé, certaines réticences sont réapparues, principalement au sujet des dossiers éthiques et d’une réforme de l’État, dossiers pour lesquels le parti n’a obtenu aucune garantie de la part des six autres formations autour de la table. Certains élus redoutent également une politique migratoire trop souple, dictée par les écologistes. Personne au parti ne souhaite cependant s’exprimer ouvertement, estimant que la situation est déjà suffisamment tendue.

"Le CD&V est mal pris."
Nicolas Bouteca
Politologue à l'UGent

Cette attitude témoigne à tout le moins d’un certain malaise dans les rangs d’un parti pour qui aucune bonne solution ne se dessine vraiment. «Le CD&V est mal pris», confirme Nicolas Bouteca, politologue à l’université de Gand (UGent). «D’une part, le parti aura du mal à se profiler au sein d’un attelage qui tire fort à gauche. Tout au plus pourra-t-il jouer la carte du bon gestionnaire. D’autre part, s’il devait choisir l’opposition, le CD&V risquerait fort de se retrouver écrasé par la N-VA et le Vlaams Belang.»

L’IVG, un symbole

Pourquoi alors avoir choisi l’avortement comme cheval de bataille ? Pour Nicolas Bouteca, le dossier a valeur de symbole. «Si le CD&V cède sur l’IVG, alors il passera pour le paillasson de la rue de la Loi, le parti qui veut le pouvoir à tout prix. En outre, pour un parti qui souffre d’une perte de profil, c’est aussi un dossier qui lui rend un visage.»

Sur le fond par contre, le politologue doute que l’IVG soit encore une cause mobilisatrice. «La Flandre n’est plus aussi catholique qu’elle n’a été, on ne peut plus remporter des élections avec un positionnement conservateur sur les questions éthiques.»

"On ne peut plus remporter des élections avec un positionnement conservateur sur les questions éthiques."
Nicolas Bouteca
Politologue à l'UGent

Du côté de l’aile gauche du parti, incarnée par Beweging.net (anciennement l’ACW), c’est le silence radio qui prévaut. Histoire sans doute de ne pas mettre de l’huile sur le feu. Mais on se souvient que lors des vœux en janvier dernier, le président Peter Wouters avait tenu un vibrant plaidoyer pour une coalition Vivaldi.

Des coalitions avec la N-VA

Les tiraillements qui agitent les démocrates-chrétiens flamands sont avant tout d’ordre stratégique. Beaucoup de mandataires locaux, surtout en Flandre occidentale, sont dans des coalitions avec la N-VA. Cette province a également vu le Vlaams Belang monter en flèche au dernier scrutin, alors qu’il était jusque-là pratiquement inexistant. «Des gens comme Pieter De Crem, Hilde Crevits ou Hendrik Bogaert sont conscients d’avoir perdu beaucoup de leurs électeurs traditionnels, attirés par la N-VA et le Vlaams Belang sur les questions d’immigration et d’identité notamment», observe Nicolas Bouteca.

Par ailleurs, avec ses 12 sièges, le CD&V n’est mathématiquement pas nécessaire au sein de la coalition Vivaldi. L’arc-en-ciel se suffit en effet à lui-même pour former une majorité, même si c’est un peu juste (76 sièges sur 150). Or entrer dans une majorité où on n’est pas indispensable, c'est prendre le risque de se faire débarquer à la première occasion.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés