analyse

Pourquoi le PS refuse-t-il de parler avec la N-VA?

©Layouter

Les tentatives des nationalistes flamands de discuter avec les socialistes francophones sont nombreuses, mais toutes infructueuses. Quelle est la stratégie de ces partis? Selon le politologue Dave Sinardet, l'attitude du PS est "bizarre".

Theo Francken a tenté une nouvelle ouverture ce week-end à l’égard des socialistes francophones. La manière n’a pas changé dans cet appel lancé sur VTM, les mots non plus.

Je maintiens qu'Elio Di Rupo, qui a été Premier ministre, est un homme intelligent.
Theo Francken
Ex-secrétaire d'Etat (N-VA)

"Si deux hommes avec la carrure d'Elio Di Rupo et Bart De Wever s'assoient ensemble, il n'y aura pas de moment de silence dans la salle, ils parleront ensemble, croyez-moi!" Ça, c’était début juillet, déjà de la bouche de l’ex-secrétaire d’Etat N-VA. Bis repetita ce dimanche: "Elio Di Rupo et Bart De Wever sont des hommes intelligents. Si vous les mettez ensemble dans une même pièce, il en sortira quelque chose", indiquait l'ancien secrétaire d'État à l'Asile et à la Migration. Et de lancer des fleurs: "Je maintiens qu'Elio Di Rupo, qui a été Premier ministre, est un homme intelligent. Bart De Wever est également un homme très intelligent. Si vous les mettez ensemble dans une pièce et que vous y consacrez suffisamment de temps et d'énergie, il en sortira quelque chose."

La réalité, c'est qu'il n'y a encore eu aucune discussion officielle entre les deux plus importants partis du pays en 80 jours.

Le texto sans réponse

Ce n'est pas la première fois, loin de là, que la N-VA lance un appel au PS afin de s'asseoir autour de la table des négociations. Bart De Wever a déjà précisé qu’il avait envoyé un texto à Elio Di Rupo le jour des élections et qu’il attendait toujours une réponse.

Mercredi dernier, la vice-présidente de la N-VA, Cieltje Van Achter, rappelait aussi: "Pour nous, c'est une évidence que les deux grands partis de chaque région doivent se parler. Je ne dis pas que cela va aboutir à quelque chose, mais il faut au moins se parler."

Réponse des socialistes? Ce week-end, dans nos colonnes, Laurette Onkelinx martelait encore: " Il n'y a pas de cordon sanitaire de principe sur la N-VA, mais par contre, il y a une incompatibilité totale. C'est clair. Cela ne sert à rien d'essayer. Même de parler. PS et N-VA sont incompatibles." 

Bref, les nationalistes ne ménagent pas leurs efforts, mais n’ont fait jusqu’ici que se cogner au mutisme des socialistes francophones.

Si le PS croit que de nouvelles élections seront une bonne chose pour lui, c’est vraiment une analyse très bizarre!
Dave Sinardet
Politologue (VUB)

"La N-VA se profile comme un parti raisonnable qui veut même parler avec le PS, qui est son grand ennemi. Un parti qui veut dialoguer, même si c’est difficile", commente le politologue Dave Sinardet. "Et si demain, le blocage est total, la N-VA pourra dire que c’est la faute du PS." En cela, le politologue de la VUB estime que le PS aide bien la N-VA dans sa communication

Les attitudes des deux partis sont totalement différentes, alors qu’en fait, leur position est assez semblable. Tous les deux sont malmenés sur leur raison d'être. Le PS subit une forte pression sur la gauche, principalement avec le PTB, tandis que la N-VA est attaquée sur son flanc droit par le Vlaams Belang. Tous les deux auraient autant de mal à expliquer à leur base pourquoi ils s’acoquinent avec l’ennemi. 

"Et la N-VA, en tant que parti nationaliste et séparatiste, aurait une raison de plus de ne pas vouloir s’asseoir avec le PS et de dire que la Belgique est impossible", explique encore Dave Sinardet, qui avoue ne pas vraiment comprendre l’attitude du PS, mais bien mieux celle de la N-VA qui se donne une image "constructive".

Que cherche le PS?

Les socialistes attendent-ils le tout dernier moment pour accepter la main tendue et se mettre à discuter, dans l’espoir de faire payer un bon prix leur "ouverture"? C'est risqué... "En tout cas, si le PS croit que de nouvelles élections seront une bonne chose pour lui, c’est vraiment une analyse très bizarre!", s'étonne Dave Sinardet.

"La N-VA opère un peu une stratégie Calimero", décryptait ce matin, sur La Première (RTBF), Sammy Madhi, le président des jeunes CD&V. Je pense qu’il est important, pour le PS, de donner un signal, et pas seulement à Bart De Wever mais aussi à la Flandre, qu’ils ont envie de discuter. On verra bien si on trouve une solution…"

Sur base des résultats des élections, les socialistes francophones sont "quasi incontournables", constatait encore Theo Franken. "Que doit-on faire? Entamer des discussions au minimum. Je pense qu'on n'a jamais résolu quelque chose - que ce soit au travail, dans une relation ou en politique - si on ne se parle pas. Parler est une nécessité", insistait ce week-end Theo Francken.

©Photo News

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect