Premier bilan de De Wever au Roi, jeudi

Bart De Wever poursuivra jeudi sa mission d'information en recevant les organisations patronales. Jeudi après-midi, il fera un premier bilan au roi.

Jeudi, le président de la N-VA Bart De Wever recevra à la présidence de la Chambre les président et administrateur délégué de la VOKA, l'association patronale flamande, Luc De Bruyckere et Peter Leyman. La rencontre est prévue à 10 heures. Il enchaînera à 10h45 avec Jean-Pierre Delwart et Vincent Reuter, président et administrateur délégué de l'Union wallonne des entreprises (UWE) et à 11h30, avec Thomas Leysen, président de la FEB. Il conclura à 12h15 avec Karel
Van Eetvelt, administrateur délégué de l'Unizo. Son agenda ne prévoit pas de rencontre avec l'Union des Classes moyennes (UCM).

L'informateur fera un bilan provisoire de sa mission auprès du Roi à 14h30, précise le communiqué.

 

Mercredi, le président de la N-VA, qui voit l'avenir de la Flandre en tant que région dans l'Europe à part entière, a interrogé Karel De Gucht sur la situation de la Belgique dans l'UE, au niveau budgétaire et économique. "Il devra maintenant éprouver si les conseils que je lui ai donnés sont bons", a lancé De Gucht. La Belgique devra faire face à des économies importantes, mais tant au niveau budgétaire que de sa dette publique, elle se trouve dans une situation comparable à d'autres Etats membres, selon le commissaire.

Karel De Gucht a reconnu que les milieux européens s'interrogeaient sur l'avenir institutionnel de la Belgique. "Le sort des 27 est lié, mais il n'y a pas de grandes inquiétudes pour la Belgique. On attend aussi la formation d'un gouvernement aux Pays-Bas et je n'ai pas l'impression que ce sera pour demain non plus", a-t-il dit.

Toutefois, étant donné que la Belgique prend début juillet la présidence de l'UE, il serait "préférable qu'elle ait un gouvernement début septembre, au moment où la présidence travaillera vraiment" après les vacances d'été, a-t-il ajouté, rejoignant ainsi un commentaire fait la semaine dernière par Herman Van Rompuy.

Interrogé sur la capacité de Bart De Wever à dégager un compromis, De Gucht, qui a par le passé tenu des propos durs à l'égard de la N-VA, a relevé le fait qu'il y avait, dans les instances européennes, "pas mal de Belges, car ils sont habitués à négocier et trouver des compromis".

Il a refusé de se prononcer sur les coalitions gouvernementales envisageables. "Il est clair pour tout le monde que les entités fédérées doivent recevoir plus de pouvoir", a-t-il toutefois commenté à propos de la réforme de l'Etat.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés