PS, cdH et ecolo veulent une réunion des 7 partis

Le PS, le cdH et Ecolo souhaitent que les 2 médiateurs réunissent les présidents des 7 partis. Selon eux, "les éléments sont sur la table pour conclure un compromis équilibré dans tous les sujets évoqués, en ce compris sur la loi de financement".

Le PS, le cdH et Ecolo ont publié un communiqué commun dimanche en fin d'après-midi dans lequel ils souhaitent que les 2 médiateurs réunissent les présidents des 7 partis, "afin d'évaluer la situation à l'issue des consultations menées par les 2 médiateurs et des premiers travaux du groupe de haut niveau en ce qui concerne la réforme de la loi de financement".

"L'objectif doit être de poursuivre les négociations et d'arriver enfin à un accord global équilibré sur la loi spéciale de financement, la réforme en profondeur de l'Etat (avec les transferts importants de compétences vers les entités fédérées) Bruxelles et BHV", ajoutent les trois partis.

"Il est indispensable de poursuivre les discussions avec les 7 partis, car une majorité des deux tiers est requise pour voter la réforme de l'Etat au Parlement", rappellent-ils.

"Les éléments sont sur la table pour conclure un compromis équilibré dans tous les sujets évoqués, en ce compris, sur la base des conclusions du rapport du groupe de haut niveau, sur la loi de financement. Il est aussi urgent de s'attaquer aux problèmes budgétaires et socio-économiques", disent encore PS, cdH et Ecolo.

"Un accord équilibré est possible et indispensable pour les citoyens belges qui attendent une stabilisation du pays", ajoutent les partis.

PS, cdH et Ecolo notent encore: "Chaque parti doit accepter de mettre de l'eau dans son vin. Chaque parti et chaque communauté doivent pouvoir intégrer les demandes des autres. Aucun parti ne peut obtenir 100 pour-cent de son programme".

"Nous avons l'opportunité de construire maintenant la Belgique du 21ème siècle, avec un déplacement du centre de gravité vers les Régions. Le changement que de nombreux électeurs ont demandé est à portée de main. Il est grand temps que chaque parti prenne ses responsabilités pour que ce changement devienne réalité", concluent-ils.

On peut supposer que le but de ce communiqué commun est de répondre à la demande de la N-VA d'avoir un engagement clair des partis francophones sur la possibilité de discuter sur un transfert de l'IPP ou en tout cas d'une partie de celui-ci aux Régions.

La N-VA considère cet engagement comme essentiel car sans cela elle est d'avis que cela n'a pas de sens de poursuivre les négociations.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés