Recapitalisation: "pas pour les banques belges"

© Reuters

Selon le Premier ministre Yves Leterme, l'Autorité bancaire européenne estime qu'aucune banque belge n'a besoin d'être recapitalisée.

L'Autorité bancaire européenne (ABE) est arrivée à la conclusion qu'aucune banque belge n'a besoin d'être recapitalisée, a indiqué vendredi le Premier ministre devant le Parlement, à deux jours d'un sommet européen où la capitalisation des banques européennes sera discutée.

"Selon l'ABE, les banques belges n'ont pas besoin d'une recapitalisation", a indiqué Yves  Leterme à l'occasion d'un pré-briefing avec les députés sur le sommet européen de dimanche, levant ainsi un bout du voile sur l'évaluation menée ces derniers jours par l'ABE quant à la solidité des banques européennes.

Le résultat de cette étude doit être présenté ce vendredi à l'occasion d'une réunion des ministres des Finances de la zone euro.

Les besoins de recapitalisation des banques européennes, secouées par la crise obligataire, sera l'un des grands thèmes des sommets européens prévus ce dimanche à Bruxelles, et sans doute mercredi aussi.

Les besoins devraient finalement s'élever à entre 80 et 100 milliards d'euros, un chiffre moins important que celui avancé par le FMI, a fait savoir une source européenne.
Reste à définir des modalités: quelles banques seront concernées? quel sera le calendrier? et surtout par quels moyens, les banques vont-elles se recapitaliser?

→ Début octobre, le FMI avait estimé que les banques du Vieux continent pourraient avoir besoin de 100 à 200 milliards d'euros pour se renforcer.

→ L'Europe envisage de contraindre temporairement ses banques à relever la part de leurs fonds propres "durs" (capital et bénéfices mis en réserve par rapport aux prêts accordés) de 5 à 9%. Selon la banque américaine Morgan Stanley, un tel durcissement des règles prudentielles pourrait les contraindre à devoir trouver 275 milliards d'euros.

Les ministres vont également plancher sur une participation plus importante que prévu des banques dans le cadre du second plan d'aide à la Grèce, décidé en juillet. Ils travaillent actuellement sur l'hypothèse d'une réduction de 50% des créances détenues par les banques envers la Grèce, pour soulager le pays, a affirmé vendredi une source européenne proche du dossier.
En juillet, l'effort avait été fixé à seulement 21%.

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés