Relance économique: la Belgique à la traîne

La crise mondiale a atteint son niveau plancher, conclut une étude du cabinet de consultance Roland Berger. Place donc à la reprise économique dès la moitié de l'année. Mais si cette dernière profitera surtout à l'Asie, notre pays, lui, affichera une croissance plus lente.

"Le niveau le plus bas de la crise économique mondiale est derrière nous", révèle un sondage du cabinet Roland Berger mené auprès des PDG de 5.600 entreprises représentant 14 industries. La majorité des sondés s’attendent à une reprise considérable à partir de mi-2010, même si elle pourrait être en partie entravée par de pics de chômage. L’Asie en sera la principale bénéficiaire alors que l’Europe occidentale et la Belgique connaîtront une période prolongée de croissance lente.

92% des PDG sondés s’attendent à ce que la hausse du chômage se poursuive en Belgique, ce qui pourrait entraîner une baisse de la consommation privée. "La plupart des PDG belges prévoient une période prolongée de croissance lente en Belgique dans la mesure où la demande privée est supposée rester faible. En outre, les entreprises sont confrontées à des conditions d’emprunt plus strictes et redoutent une réglementation et une imposition croissantes de la part du gouvernement ainsi qu’une baisse des dépenses gouvernementales dans un effort de réduction du déficit public", a commenté Eric Baart, partenaire chez Roland Berger.

En conclusion, les patrons s’attendent à ce que la Belgique reste à la traîne de la reprise économique, avec une augmentation du PIB de seulement 0,5 % en 2010 pour 1,4 % en 2011. Les entreprises se montrent également moins optimistes que leurs homologues européens en matière de rentabilité: seuls 18% des entreprises prévoient une augmentation de leur bénéfice en 2010 contre 43% en Europe occidentale.

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés