Reynders et Castro: 3 heures de discussion

Didier Reynders est à Cuba. ©REUTERS

Le Vice-premier ministre Didier Reynders a été longuement reçu par le président cubain Raoul Castro au Palais de la nation lundi soir à la Havane.

Sans doute est-ce la nature exceptionnellement bonne des relations entre la Belgique et Cuba - la Belgique est le seul État européen qui n'avait jamais interrompu ses relations bilatérales avec l'île caribéenne - mais toujours est il que le Vice-premier ministre Didier Reynders a été longuement reçu par le président cubain Raoul Castro au Palais de la nation lundi soir à la Havane.

Le président cubain a longuement insisté sur la nécessité de fermer le pénitencier de Guantanamo, toujours aux mains des américains.

Plus de trois heures et demi d'entretien au cours duquel les deux hommes ont évoqué tous les sujets d'actualité. Selon le ministre des affaires étrangères Didier Reynders, Raoul Castro s'est montré très enthousiaste sur l'état de la collaboration entre les deux pays. Raoul, qui a succédé à Fidel son frère, malade, est partisan d'une ouverture en douceur de l'économie cubaine. La question des droits de l'homme a été abordée, Castro est longuement revenu sur l'Histoire de la révolution à laquelle il a participé aux côtés de son frère et de Che Guevara. Castro a notamment rappelé qu'il avait appris à lire le français dans les livre avec le Che, mais qu'à un moment donné les livres avaient été égarés et qu'ils avaient abandonné l'apprentissage du français.

Par ailleurs, le président cubain a longuement insisté sur la nécessité de fermer le pénitencier de Guantanamo, toujours aux mains des américains. Guantanamo se situe à l'extrême Est de l'île, à plusieurs centaines de kilomètres de la Havane mais Cuba fait de la récupération de ce territoire ainsi que de la levée de l'embargo américain contre le pays une priorité.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés