Sabine Laruelle accusée de crimes...

Complice de crimes contre l'humanité! Face aux accusations lancées par un député à l'encontre de la ministre des PME, le président de la Chambre André Flahaut a dû hausser le ton pour ramener l'ordre dans l'hémicycle. Au point de se dire tenté par l'idée de crosser le parlementaire importun. Ambiance.

La rentrée parlementaire a dégagé un parfum de rentrée des classes maternelles ce jeudi. Des relents d'enfant qui se néglige et de boîte à tartines longtemps oubliée au fond du cartable. D'abord puérils, finalement grossiers...

Pour son grand retour à la tribune parlementaire, le député indépendant Laurent Louis (ex-PP, ex-MLD, actuel porte-voile non reconnu par la Chambre de la liste ISLAM) a choisi d'interpeller Sabine Laruelle, agissant à titre de ministre des Affaires extérieures.

Entamant son plaidoyer d'un "salam aleikoum" aux sonorités plus brabançonnes qu'orientales, Laurent Louis dénonce alors le pacte franco-saoudien contre la Syrie. Autrement dit, une politique militaire menée conjointement par les ministres de la défense Drian et Al Saoud avec pour seul but la chute du "gouvernement légitime de Bachar el-Assad".

Car, toujours selon le député Louis, la France arme des "monstres qui mangent le coeur de leurs ennemis", "viole les principes de l'Union européenne" et devient "une alliée du terrorisme et d'Al-Qaïda". Un exposé dont la conclusion s'impose presque logiquement: 

Prenant à son tour la parole, la ministre des Classes moyennes, des PME et des Indépendants entend éteindre le feu des accusations en y jetant de l'huile. Sabine Laruelle estime ainsi bon de rappeler au député indépendant "l'enceinte dans laquelle il se trouve. Au Parlement du Royaume de Belgique et non de la République française". Une leçon de politique pour les nuls qu'elle ponctue d'un conseil pratique: "prendre le TGV" pour aller apostropher le principal intéressé.

Au-delà de cette introduction moqueuse, Sabine Laruelle reprend les mots de Didier Reynders pour préciser que la Belgique partage entièrement le point de vue de la France sur l’issue du conflit syrien, à savoir un changement de régime passant par l’aide financière de l’opposition. Mais pas de soutien militaire en raison des risques de détournement au profit de groupes terroristes.

 

 

" Utilisez des détours pour vous moquer de ma gueule "

La valse des interlocuteurs se poursuit au micro de la tribune, Laurent Louis reprenant la parole. C’est à ce moment précis que le marteau commence sérieusement à démanger le président de la Chambre. André Flahaut va tendre l’oreille modératrice et devoir subir l’enchaînement des mots " pognon, gueule… complices de crimes contre l’humanité ". Autant d’invitations au silence sous le regard ahuri de Sabine Laruelle.

Le député indépendant souligne rapidement l’omerta des pays occidentaux à l'égard du Qatar et de l’Arabie saoudite qui soutiennent, selon lui, le projet sioniste afin de mieux répandre le takfir (fatwa de déchéance du statut de musulman). Un mutisme qui se monnaie contre les investissements de ces deux pays et est démenti en assemblée parlementaire " pour vous moquer de ma gueule ", affirme Laurent Louis. Avant de révéler: 

 

Face au grand-guignolesque de l'accusateur, André Flahaut rappelle à l'ordre et répète nerveusement les coups de marteau. Faute de mettre un terme à la surenchère, le président offre une chute au vaudeville parlementaire:

 

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés